Coopération dans le domaine des ressources en eau: le ministre ivoirien des Eaux et Forêts et le ministre marocain de l'Equipement et de l'Eau signent un protocole d’accord





cooperation-dans-le-domaine-des-ressources-en-eau-le-ministre-ivoirien-des-eaux-et-forets-et-le-ministre-marocain-de-lequipement-et-de-leau-signent-un-protocole-daccord

Les ministres marocain et ivoirien heureux de cet accord entre les deux pays



Le mercredi 22 mai 2024, en marge du Forum mondial de l’eau qui se tient à Bali en Indonésie,  le ministre ivoirien des Eaux et Forêts, Laurent Tchagba et le ministre de l’Equipement et de l’Eau du Royaume du Maroc, Nizar Baraka, ont signé un accord de coopération institutionnelle et technique, en vue de renforcer leurs capacités en matière de gestion intégrée des ressources en eau, rapporte le communiqué qui a sanctionné la rencontre.

 Cette coopération,  selon les services du ministre Tchagba,  concerne l'échange d'informations et de documents ; des visites d'experts et de cadres ; des stages de formation ; l'organisation de réunions et de séminaires sur les sujets d'intérêts communs, avec la participation d'experts des pays respectifs et toute autre forme de coopération convenue par les parties.

« Elle porte surtout sur les cadres juridique, réglementaire et institutionnel en matière d’eau. Mais aussi sur la politique et la stratégie,  le Développement d'actions de sensibilisation pour la rationalisation et la protection des ressources en eau et la gestion intégrée des ressources en eau nationales et transfrontalières. La technique de transfert d'eau, la gestion des effets du changement climatique, la gestion des eaux souterraines, la qualité de l'eau, la création d'organisme de bassins nationaux et régionaux et la gouvernance de l'eau au niveau décentralisé (agences de bassins) sont au cœur de cette coopération. Il s’agira aussi de partager des expériences sur  la conception, la construction, la gestion et la sécurité des barrages (surélévation, limitation prolifération des algues, actions contre l'envasement),  l'économie d'eau (sensibilisation….),  la maitrise des coûts et les bonnes pratiques,  la télégestion, les systèmes d'alerte et de protection des ressources en eau, l'application des principes de la valeur économique de l'eau et le développement de l'hydrologie opérationnelle et des études hydrologiques » indique le document .

La note rappelle que cette signature est le fruit d'un long processus qui démarré depuis la participation du ministre des Eaux et Forêts à la Conférence internationale sur l’eau qui s'est tenue à Fès au Maroc, du 06 au 07 juillet 2023. 

Solange ARALAMON

 


En lecture en ce moment

Adjoumani répond à Jean Pierre Kutwa, "votre prise de position, pourrait ouvrir la voie à l’exacerbation inutile des tensions"

Coopération : L’Union européenne offre un bâtiment neuf et des équipements à l’IPNETP