La journaliste Norberte Zézé déconstruit les préjugés péjoratifs faits aux mères seules





la-journaliste-norberte-zeze-deconstruit-les-prejuges-pejoratifs-faits-aux-meres-seules

A la tribune de l’AIP, Norberte Zézé estime qu’une mère seule peut concevoir son bonheur



Invitée de l’espace d’échanges « Les causeries de l’AIP », organisé à l’Agence ivoirienne de presse (AIP), la journaliste Norberte Zézé voudrait, à travers son ouvrage autobiographique intitulé : « Mère seule, femme épanouie… comment j’ai élevé mes enfants », déconstruire le tableau sombre que l’opinion dessine dès qu’on dit qu’une femme est seule.

« Une mère seule, n’a pas fait de bail avec la tristesse, avec l’amertume, avec tout ce qui est péjoratif. Dès qu’on dit une mère seule, il y a un tableau sombre qu’on dessine », a d’emblée situé la journaliste, spécialisée en santé et en environnement.

Pour elle, il faut bien qu’on déconstruise les choses parce que, a-t-elle justifié « Moi, je m’inscris en faux contre ces arguments qui assimilent des femmes seules à la tristesse », ajoutant que c’est l’une des raisons qui ont motivé l’écriture de ce livre.

Tout en signifiant qu’il y a certes des hommes qui élèvent seuls leurs enfants, elle croit savoir que c’est le cas des femmes, en général, que l’on pointe du doigt.

Relevant que personne ne peut se réjouir que ses relations prennent fin, elle estime toutefois que quand la relation commence à virer au toxique, l’on peut, pour préserver sa santé mentale, son bien-être et surtout celui des enfants, décider de se séparer.

« C’est un témoignage de vie que je donne. Ce n’est pas par voyeurisme. Non. Ce n’est pas une envie de dire que ma vie est la plus aboutie possible, non. Mais c’est pour dire aux parents, surtout aux mères seules, que les bonnes choses sont possibles », a-t-elle fait savoir, précisant qu’elle ne fait pas l’apologie du célibat, mais l’apologie du bonheur en disant aux mères seules qu’il ne faut pas se morfondre, car « le bonheur peut se concevoir seul ».

« Ce livre parle d’éducation des enfants qui est aujourd’hui un défi très important pour les parents. Ce livre s’adresse donc à tous les parents quels que soient leurs statuts matrimoniaux », a-t-elle signifié.

L’œuvre de 175 pages est préfacée par Agnès Kraidy, journaliste et conseillère technique chargée de la presse au ministère de la Communication, et postfacée par Fernand Dédéh, journaliste bloggeur, afin d’encourager ces mères et pères seuls qui se battent pour élever leurs enfants et leur inculquer des valeurs.

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Showbiz : la nouvelle date des obsèques de Vieux Menekré

En visite à l’UNJCI, Meité Sindou promet d’amplifier la concertation avec les journalistes