Côte d’Ivoire : l’économie ivoirienne reste robuste avec des perspectives positives (banque mondiale)





cote-divoire-leconomie-ivoirienne-reste-robuste-avec-des-perspectives-positives-banque-mondiale

Les officiels de la cérémonie tenant le nouveau rapport sur l'économie ivoirienne



Le 14e rapport de la banque mondiale sur la situation économique de la Côte d’Ivoire, est disponible. Le document d’une soixantaine de pages intitulé : « Vers une économie durable : stratégies de financement pour la Côte d’Ivoire face au changement climatique », a été remis au gouvernement ivoirien par l’institution financière internationale, le vendredi 28 juin 2024, au Sofitel hôtel Ivoire d’Abidjan, en présence de la ministre de l’Economie, du Plan et du Développement, Nialé Kaba, et plusieurs membres du gouvernement. 

« En 2023, l’économie ivoirienne est restée robuste, malgré le resserrement de la politique monétaire et la consolidation budgétaire. Le taux d’inflation a diminué de 5,2% en 2022 à 4,4%, malgré une hausse des prix de l’énergie », souligne le rapport. Qui ajoute que l’économie de la Côte d’Ivoire demeure robuste, avec des perspectives positives à court et à long termes.

Cependant, selon le document, des risques subsistent, notamment liés au changement climatique et à la fragilité économique. « Les perspectives à moyen terme restent favorables, soutenues par le Plan national de développement (PND) et la stabilité macroéconomique, ainsi que par les découvertes de ressources naturelles importantes, notamment, le pétrole, le gaz et l’or », explique le principal auteur du rapport et membre du département macroéconomique, commerce et investissement de la banque mondiale en Côte d’Ivoire, Herman Yohou Djédjé.

Par ailleurs, la banque mondiale a averti que le changement climatique pourrait sérieusement compromettre les progrès économiques de la Côte d’Ivoire, si des mesures d’adaptation ne sont pas prises. L’impact potentiel du changement climatique sur l’économie ivoirienne se manifesterait par une baisse de la productivité du travail et une augmentation des coûts de réparation et de renouvellement du capital. « Malgré les défis, la Côte d’Ivoire, est bien placée pour passer à une économie à faible émission de carbone et se positionner en champion de la transition », a rassuré la directrice des opérations de la banque mondiale, pour la Côte d’Ivoire, le Bénin, la Guinée et le Togo, Marie-Chantal Uwanyiligira.

 Elle a ajouté que la banque mondiale s’engage à soutenir les efforts nécessaires visant à renforcer la résilience et l’adaptation au changement climatique, et à maintenir une croissance forte et inclusive, au profit de tous les habitants de la Côte d’Ivoire.

Pour sa part, le ministre des Finances et du Budget, Adama Coulibaly, s’est attardé sur les perspectives du rapport qui, selon lui, correspondent aux prévisions budgétaires que son département a eu à faire. S’agissant du taux de croissance de l’économie ivoirienne, le ministre a fait remarquer que celui qu’a indiqué la banque mondiale dans son rapport est diffèrent de celui du gouvernement, mais aussi de celui que le Fonds monétaire international (FMI) a en sa possession. Il a rassuré la banque mondiale, que sur le financement du climat, de nombreuses initiatives sont déjà prises pour la mobilisation des fonds.

La ministre ivoirienne de l’Economie, du Plan et du Développement, Nialé Kaba, quant à elle, a soutenu que le rapport de la banque mondiale converge avec l’appréciation du gouvernement sur la situation économique de la Côte d’Ivoire.

EA

En lecture en ce moment

Laurent Gbagbo chez Henri Konan Bédié, les raisons de cette visite

Athlétisme : le semi-marathon du district autonome d'Abidjan de retour après 13 ans de suspension