Le ministre Amedé Kouakou met en service le péage du 4ème pont de Yopougon





le-ministre-amede-kouakou-met-en-service-le-peage-du-4eme-pont-de-yopougon


Le ministre de l’Equipement et l’Entretien routier, Amedé Kouakou, a mis en service le péage de l’autoroute du 4e pont de Yopougon, lundi 1er juillet 2024.

Les véhicules légers paieront 500 FCFA, intermédiaires 1500 F, poids lourds, autocars, véhicules à deux essieux 2500 FCFA et poids lourds, autocars et véhicules à plus de trois essieux à 3000 FCFA.

Exprimant sa gratitude au président de la République pour la réalisation de cette autoroute, M. Kouakou a précisé que cette infrastructure présente un gain énorme en temps, carburant pour les véhicules et la redynamisation de l’économie ivoirienne.

”C’est un gain extrêmement important. Vous pouvez le vérifier. Par exemple un véhicule Yango qui est au 16e arrondissement et qui veut aller au Plateau à l’immeuble Postel 2001 par l’autoroute va payer 5.000 F. Par le 4eme pont, le tarif sera compris entre 2000 et 2500 F. Cela veut que si vous enlever 500 F pour le péage, vous faîtes une économie de 2000 FCFA”, a révélé le ministre.

Pour une bonne fluidité sur ce tronçon, il a procédé à l’ouverture à la circulation de la voie d’accès d’Adjamé à Nangui Abrogoua par le 4ème pont d’Abidjan ainsi que la voie directe d’accès à la commune de Yopougon au niveau du 16e arrondissement.

D’un coût d’environ 154 milliards de FCFA, les travaux ont permis de réaliser plus de six kilomètres de voiries et de ponts à travers les communes de Yopougon, d’Attécoubé et d’Adjamé.

La 2e phase des travaux est en cours pour connecter avec l’autoroute de Songon et le 5e par le Groupement des sapeurs-pompiers et de Bingerville par le Bus rapid transit (BRT).

Depuis le 10 janvier 2024, le 4è pont avait été ouvert à la circulation pour faciliter la fluidité routière lors de la 34e de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2023).

AIP

 

 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Mali : Les populations de Bamako dans la rue pour exiger le départ du président IBK

Révison de la constitution: les groupes parlementaires de l'opposition disent "niet" et claquent la porte