Le ‘’jeune homme’’ prend encore des points







Amadou Soumahoro et Alassane Ouattara son soutien actif de l’ombre, n’ont pas réussi à faire mentir tous ceux qui affirment que les actuels dirigeants du pays manquent de finesse politique, et gèrent tout avec les émotions ou l’égo, quitte à faire à chaque fois de belles passes à l’adversaire.

La gestion du dossier de l’APF en est une nouvelle illustration après tant d’autres.

 En effet, après le départ de Guillaume Soro de la présidence de l’Assemblée nationale dans les conditions que vous savez, la question de l’APF était une opportunité, surtout pour Alassane Ouattara, de changer l’image qu’il a laissé dans les esprits à la faveur de cette démission forcée de l’ex-PAN. C’est d’abord l’image d’un chef de parti-Etat qui ne tolère point la contradiction ou la pluralité politique.  C’est ensuite l’image d’un chef de l’Exécutif qui s’est publiquement immiscé dans le fonctionnement de l’institution parlementaire. C’est enfin l’image de l’ancien opposant devenu Président et puissant, et qui s’est transformé en un ingrat bourreau pour l’un des acteurs clés de son arrivée au pouvoir. Ouattara et le Rhdp auront beau se justifier, c’est ce que retiennent des millions d’Ivoiriens, qu’ils soient partisans du parti au pouvoir ou non. Aux yeux de ces citoyens, qui constituent une partie non négligeable des électeurs de 2010, hier, et de 2020, demain, le dossier de l’APF était donc une occasion pour Ouattara de montrer une attitude plus élégante et moins égoïste vis-à-vis de celui que lui-même désigne régulièrement comme l’un de ses ‘’fils’’. Malheureusement, autant en février dernier, il n’a pas eu le flair et le tact nécessaires pour convaincre les caciques du Rhdp à ne pas faire de Soro un adversaire de trop, en le maintenant à la tête du Parlement malgré sa non-adhésion au Rhdp, autant lors du renouvellement des instances de l’APF, Ouattara n’a pas eu le sursaut qui lui aurait permis de soulager cette partie de l’opinion dont ses propres partisans, qui restent embarrassés par le sort que l’ancien président du RDR fait subir à l’ancien secrétaire général des ex-Forces nouvelles.

Le pouvoir Rhdp ne perdait rien à surprendre positivement tout le monde en soutenant Guillaume Soro, vice-président sortant de l’APF, à devenir le président de cette organisation. En plus de grandir Ouattara et Amadou Soumahoro actuel président de l’Assemblée nationale, la présence de Soro à la tête de l’APF, un poste qui reste juste honorifique, aurait d’une certaine manière, contribué à éloigner de la scène politique nationale un probable sérieux adversaire du Rhdp en 2020. En outre, tout en se rachetant vis-à-vis de l’opinion, le vrai décideur de 2020, le pouvoir Rhdp aurait pour une fois confondu Guillaume Soro et ses inconditionnels qui continuent de reprocher au ‘’père’’ Ouattara une iniquité entre ses ‘’enfants’’ de la famille RDR. Mais nos dirigeants n’ont pas compris la chose de cette façon. Ils ont géré le dossier de l’APF avec la même animosité qu’ils manifestent vis-à-vis de Soro depuis leur divorce. Ouattara et son clan ont préféré voir l’affaire de l’APF comme un autre champ de combat entre eux et le député de Ferké. Et pour eux, l’accession de celui-ci à la présidence de l’APF était synonyme d’un ascendant qu’il aurait pris sur eux dans la perspective de 2020. Tous les moyens qu’ils ont déployés dans cette bataille ont donc été l’expression éloquente de la trouille qui les habitent face au ‘’jeune homme’’. En le combattant avec l’appareil de l’Etat, non seulement ils ont laissé croire qu’il est leur égal, voire supérieur à eux, mais ils ont une nouvelle fois fait de lui une victime pour qui beaucoup d’observateurs de cette bataille inéquitable gardent de la sympathie. Souvenons-nous, au cours d’une réunion au sommet juste après les dernières élections municipales et régionales, Henriette Dagri Diabaté disait à ses camarades politiques : « Il y a des victoires qui rabaissent, et des défaites qui grandissent ». Guillaume Soro n’avait rien à perdre dans la ‘’guerre’’ de l’APF. Au contraire, il y a tout gagné.

Cissé Sindou       

                

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Réforme de la CEI : Plus de guides religieux dans la commission électorale

Des échos de la Mtn Ligue 1/ L'équipe réserve de l'Africa Sports accroche la Soa, le FC San Pedro domine Tanda