Affaire Gervinho-Tapé Bahi : les précisions de l’huissier du joueur





Football,Gervinho,Tapé Bahi


Entre Gervinho, propriétaire de la formation de G27, et Tapé Bahi, president de ce club, ce n’est plus le parfait amour. En cause, une affaire de malversation qui aurait poussé l’attaquant de Parme à vouloir mettre fin aux fonctions de ce dirigeant. Si ce dernier a longuement clamé son innocence dans une interview publiée ce mardi 19 mai 2020 sur le site de Supersport, Me Obo Tchimou Florent, huissier de justice pris par Gervinho, a tenu à faire des précisions.

« Pour ce que je peux dire de cette affaire c’est que M. YAO Kouassi Gervais dit Gervinho a racheté un club qui s’appelait anciennement Angelic Football club de Man. Sur l’attestation de cession, le rachat remonte à 2018. M. Tapé était le témoin de cette transaction. Mais à la surprise générale, les documents de cession ont été faits au nom de Tapé Bahi, lui-même. Or, il n’est en réalité que le mandataire de Yao Kouassi Gervais à l’effet d’établir les documents du club de celui-ci. Malheureusement, cela n’a pas été fait », a-t-il insisté. Avant de souligner : « Quand Gervinho est venu nous voir, nous lui avons fait comprendre que si c’est lui qui a les documents de cession, il ne devait pas y avoir les noms Tapé Bahi. Il y a donc problème. Et il se trouve que dans le bureau qui a été constitué, il ne figure nul part le nom de Gervinho malgré son statut de propriétaire. Voilà la cause du conflit« . Pour rappel, les deux parties ont entamé une médiation sous la houlette de Salif Bictogo, président du Stella d’Adjamé. Ce, à la suite d’une convocation portée contre Tapé Bahi à la gendarmerie nationale. « On s’est retrouvé à la gendarmerie pour reprocher à Tapé Bahi le fait qu’il a été envoyé en mission pour une affaire et il n’avait pas le droit de se substituer à son mandant. On n’y est pas allé pour des questions de malversation mais pour voir les documents faits au nom de Tapé Bahi…Nous sommes actuellment en train de discuter pour trouver une solution », a-t-il conclu.

 

Supersport 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Couper-decaler : Ariel Sheney ''Arafat ne peut pas être jaloux de moi, je suis son fils, il est mon père''

Représailles contre la xénophobie sud-africaine au Nigeria et à Lubumbashi