Patrimoine de l’Indénié-Djuablin : Siandou Fofana, les pieds dans la tradition, la tête dans la modernité





patrimoine-de-lindenie-djuablin-siandou-fofana-les-pieds-dans-la-tradition-la-tete-dans-la-modernite


A la faveur de la campagne présidentielle, le Président Alassane Ouattara, a été reçu en audience par Sa majesté Nanan Boa Kouassi III et l’ensemble des têtes couronnées des royaumes du Grand-Est ivoirien, le jeudi 22 octobre, à Abengourou. Dans le respect des us et rites, le ministre du Tourisme et des Loisirs y a porté la voix de l’illustre hôte.

 Ils étaient là, tous les rois, chefs et notables des royaumes de l’Indénié, du Djuablin, du Moronou, du Sanwi, des Ehotilés, bref de l’aire culturelle Agni du Grand-Est, avec leurs pairs N’Zima-Kotoko et Abouré, le jeudi 22 octobre à la Cour royale du Royaume Indénié, à Abengourou, en conclave avec le Chef de l’Etat Alassane Ouattara. Qui, en marge de sa campagne électorale, est venu porter un message de paix et de développement aux têtes couronnées, autour de Sa majesté, Nanan Boa Kouassi III, monarque de l’Indénié qui avait battu le rappel de ses pairs.

Digne fils du royaume Djuablin, mais aussi du Gontougo, avec un ancrage dans le Sanwi, Siandou Fofana, ministre du Tourisme et des Loisirs, par ailleurs Directeur exécutif adjoint du Rhdp, le parti présidentiel, en charge des relations avec les partis politiques, membre du staff de campagne, délégué régional de Port-Bouët, entre autres casquettes, a été désigné par le Président Ouattara, comme Porte-parole.

Faut-il le noter, en guise de piqûre de rappel, lors de sa visite d’Etat dans l’Indénié-Djuablin, en 2015,  le Président Ouattara avait, entre autres intronisations et distinctions dans toute l’aire akan, été  intronisé Nanan Brédou Assamandjé II. C’est donc en territoire acquis qu’il était à la Cour royale de l’Indénié.

Tout en préservant l’essentiel des rites et des pratiques ancestraux, Siandou Fofana, le Porte-parole de l’illustre hôte, a su,  avec maestria, apporter et porter le message de paix dans le tempo de la modernité. D’autant plus que l’essentiel des échanges s’est déroulé en agni.

Dès son entrée à la cour royale et accompagné  par, notamment les ministres Ahoua N’Doli Théophile, Inspecteur général d’Etat (Moronou), Pascal Abinan Kouakou, ministre de l’Emploi et de la Protection sociale (Djuablin), Aka Aouélé, ministre de la Santé et de l’Hygiène publique (Sanwi), Roger Félix Adom (fils du Roi de l’Indénié), Ministre de la Modernisation de l`administration et de l’Innovation du service public et Siandou Fofana, ministre du Tourisme et des Loisirs (Djuablin),   c’est à ce dernier qu’il est revenu de porter au Président Ouattara les informations et qui en a été le porte-parole.

"L’adage enseigne que la culture est ce qui nous reste quand on a tout oublié. Heureusement que celle-ci, à travers des rites et us qui se perpétuent à l’aune de la modernité, la tradition cristallise notre riche patrimoine culturel. La tradition, pour nous, c’est la transmission continue d'un contenu culturel à travers l'histoire. Elle nous lègue  cet héritage immatériel qui constitue le vecteur d'identité d'une communauté humaine, élément contribuant à son ancrage géographique. Dans son sens absolu, la tradition est une mémoire et un projet, en un mot une conscience collective : le souvenir de ce qui a été, avec le devoir de le transmettre et de l'enrichir. Gardons les pieds dans la tradition et la tête dans le modernisme", a expliqué  Siandou Fofana au sortir de l’audience.

Solange ARALAMON

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Tabaski : le Conseil National de Lutte contre la Vie Chère en mission de sensibilisation à travers le pays

Côte d’Ivoire / Le procureur de la République ordonne l’arrestation de Alain Lobognon pour divulgation de fausses nouvelles