Arrestation d'Affi N'Guessan : ses avocats disent ignorer son lieu de détention





Affi N'Guessan,Pascal Affi N'Guessan,Arrestation,avocat


Le collectif des avocats du président du Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N'Guessan, arrêté dans la nuit de vendredi à samedi, ont annoncé qu'ils ignorent le lieu de détention de leur client, dans un communiqué. Ils déplorent également le blocus de la résidence du porte-parole de la plateforme de l'opposition.

COMMUNIQUE DU COLLECTIF DES AVOCATS DE MONSIEUR PASCAL AFFI N’GUESSAN, DEPUTE, PRESIDENT DU CONSEIL REGIONAL DU MORONOU ET PRESIDENT DU FRONT POPULAIRE IVOIRIEN

Les conseils de Monsieur Pascal AFFI N’GUESSAN portent à la connaissance de la Communauté nationale et internationale que des rumeurs persistantes circulent dans le pays et sur les réseaux sociaux. Ces rumeurs annoncent que Monsieur Pascal AFFI N’GUESSAN aurait été arrêté dans la nuit du Vendredi 06 novembre 2020 à 21heures sans plus de précision.
Depuis cette information, les conseils de Monsieur Pascal AFFI N’GUESSAN ont mené des recherches dans les différents services de l’Etat tels que la Direction de la Surveillance du Territoire à Cocody, la Préfecture de Police à Abobo, la Brigade de Recherches de la Gendarmerie et la Police Judiciaire au Plateau. Toutes ces recherches n’ont donné aucun résultat.
Si l’information de l’arrestation de Monsieur Pascal AFFI N’GUESSAN était avérée, et son lieu de détention inconnu, il est clair que l’Etat de droit n’est plus de mise en Côte d’Ivoire et qu’il a fait place à l’Etat barbare. Ce qui serait inacceptable.
Le collectif des Avocats tient à rappeler que Monsieur Pascal AFFI N’GUESSAN est un homme politique notoirement connu des autorités publiques de Côte d’Ivoire. Il n’a jamais fait l’objet à la connaissance de ses conseils d’une quelconque convocation à laquelle il aurait refusé de répondre.
Le Collectif des Avocats tient à rappeler que depuis le Mardi 03 novembre 2020, le domicile de Monsieur Pascal AFFI N’GUESSAN fait l’objet d’un blocus par la gendarmerie nationale qui selon elle, a reçu l’ordre d’y empêcher toute entrée et toute sortie de quelqu’individu que ce soit. Ce qui est une violation des droits fondamentaux des personnes qui s’y trouvent notamment le personnel de maison empêché de sortir et de rentrer dans la maison. La compagne de Monsieur Pascal AFFI N’GUESSAN qui ne peut s’approvisionner ni en vivres ni en médicaments parce que également empêcher de sortir. Tout ceci constitue également une violation de l’article 21 de la constitution qui dispose que : « Tout citoyen ivoirien a le droit de se déplacer et de s’établir librement sur toute l’étendue du territoire national. Tout citoyen ivoirien a le droit de quitter son pays librement et d’y revenir. L’exercice de ce droit ne peut être limité par la loi. ».
Le mercredi 04 novembre 2020, la compagne de Monsieur Pascal AFFI N’GUESSAN informait le Collectif des Avocats que les gendarmes ont fait irruption à l’intérieur du domicile sans aucun mandat de perquisition pour y mener des fouilles sans dire mot de ce qu’ils cherchaient.
Ils ont même fait irruption dans la chambre principale de la maison alors que la compagne de Monsieur Pascal AFFI N’GUESSAN dormait ; ce qui est encore une autre violation des droits fondamentaux de cette dame.
Le collectif des Avocats voudrait à travers ce communiqué interpeller la Communauté nationale et internationale sur le traitement inhumain et dégradant fait aux proches de Monsieur Pascal AFFI N’GUESSAN. Le Collectif des Avocats tient responsable l’Etat de Côte d’Ivoire et son Gouvernement de tous ce qui pourrait arriver à Monsieur Pascal AFFI N’GUESSAN si son arrestation était avérée et sa détention dans un lieu inconnu.
Au total, le Collectif des Avocats demande la levée immédiatement et sur le champ du blocus du domicile de Monsieur Pascal AFFI N’GUESSAN.

Fait à Abidjan, le 07 novembre 2020

Pour le collectif :
Maître DAGBO PIERRE
Maître BREDOU JOSIANE
Maître ODEHOURI KOUDOU

En lecture en ce moment

CEI : Voici les membres de la commission centrale

5e Journée internationale contre l’impunité des crimes commis contre les journalistes : les journalistes ivoiriens ont fait l’Etat des lieux