Tiassalé : Candidat à la Législative du 6 mars, Octavie Pérou « Nous voulons prendre notre destin en main »





tiassale-candidat-a-la-legislative-du-6-mars-octavie-perou-nous-voulons-prendre-notre-destin-en-main


En prélude aux élections législatives, Octavie Pérou, président d’un mouvement de jeunesse dans la commune de Tiassalé a annoncé sa candidature.

 

 Qu’est ce qui a suscité votre candidature pour les législatives 2021 ?

Dans  la plateforme de jeunesse, on ne faisait que dénoncer les tares de la société, la mauvaise gouvernance, la mauvaise condition de vie des populations. Et nous avons posé pas mal d’actions au niveau des conditions de vie de la population et de la jeunesse. Nous avons estimé que le faite de dénoncer seulement ne suffit pas. Nous avons voulu se retrouver maintenant dans le cercle des décideurs pour apporter beaucoup plus à la population. C’est ce qui a suscité notre candidature.

Avez-vous le soutien de toute la jeunesse ?

Nous avons le soutien de la majorité de la jeunesse et de tous nos parents qui soutiennent nos idéaux. Pour le compte de la jeunesse, nous savons ce que nous représentons pour ces jeunes. Ils sont nombreux qui épousent  nos projets. Les jeunes de Tiassalé sont fatigués. La corruption et le chômage battent  le record dans cette commune. Ils veulent tous le changement. Les jeunes ne veulent plus confier leur destin aux personnes qui ne vivent pas nos réalités.

Pensez-vous que vous êtes la personne  idéale ?

Oui. Je représente aujourd’hui la personne idéale pour la jeunesse de Tiassalé. C’est l’Assemblée générale qui décide. Et le choix s’est porté sur moi.

Avez-vous des soutiens ?

Nous comptons uniquement sur la jeunesse de cette commune. C’est pour elle que nous nous battons.

N’avez-vous pas peur des ‘’géants’’ qui sont déjà sur le terrain ?

Non. On n’a aucune crainte. Ils ne nous font pas peur. Nous croyons en notre capacité et force de frappe. Et je crois fermement que nous allons relever le défi. Cette fois-ci, les jeunes ne se laisseront pas utiliser abusivement dans les campagnes comme des suivistes. Les jeunes  auront leur mot à dire. Nous voulons prendre notre destin en main.

Avez-vous les moyens nécessaires ?

Bien sûr. Nous avons les moyens qu’il faut. Nous avons les moyens justes pour nos campagnes. Nous ne voulons pas faire comme nos ainés qui injectent des moyens colossaux dans les campagnes. Nous sommes une équipe donc nous avons une nouvelle mentalité et une nouvelle stratégie que nous allons dévoiler au moment opportun.

Une alliance est-elle possible ?

Nous sommes ouverts. Les alliances peuvent être possibles. Mais ce que nos aînés doivent savoir c’est que cette année nous sommes déterminés à aller jusqu’au bout. S’il doit y avoir une alliance, nous devons avoir une part active. Pas pour placer des chaises et des bâches comme les années précédentes. 

Vos relations avec les chefs de communautés ?

Après mon cursus passé au Lycée Moderne, j’ai toujours été sur le terrain. Nous maîtrisons le terrain bien que tout le monde, particulièrement la plupart de nos devanciers. Nous sommes continuellement en contact avec la population. Elles peuvent témoigner de nos actions de proximité. Nos prochains adversaires nous connaissent. Nous avons pris le temps d’expliquer le bien fondé de notre initiative à nos parents et nous sommes prêts à nous accompagner.

Qu’est-ce que vous proposez pour cette population ?

Au moment venu vous serez informés. Pour l’heure nous gardons le secret.

Un appel à lancer

Je veux dire à tous nos aînés, à tous les jeunes de la commune de Tiassalé que cette année ‘’la jeunesse aura son mot à dire’’. Unissons-nous tous autour de cette candidature pour que la victoire soit de notre côté au soir du 6 mars prochain.

Interview réalisée par Anicet Zio

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Mali : échec de la médiation des présidents, un sommet de la Cedeao prévu lundi

Affaire Soro et décision de la CADHP: La plateforme CDRP et l’URD, "demandent au gouvernement de faire preuve de responsabilité"