Un referendum s’impose







Sans conteste, le sujet qui suscite tous les débats aujourd’hui, est la nécessité de réintroduire la polygamie dans la loi fondamentale.

Deux camps diamétralement opposés s’affrontent au sujet de la proposition de loi faite par Yacouba Sangaré, le député de Koumassi. Depuis une semaine, on aura tout entendu. La majorité des femmes et l’ensemble des mouvements pour la défense des droits de la femme disent non à la polygamie optionnelle proposée par l’honorable député. 

Une grande partie des hommes sont favorables à la réintégration de la polygamie dans la loi étant entendu que, de fait, la polygamie existe dans notre pays et dans tous les pays qui l’entourent. Et surtout qu’on ne l’impose à personne. Selon eux, chacun devrait être libre de choisir le régime matrimonial qui convient à sa culture, à sa religion ou à sa vision de l’univers. Polygamie, monogamie ou polyandrie, peu importe. Que chacun choisisse son option en connaissance de cause. « Permettez aux gens de vivre leur vie en conformité avec la morale parce que le statut de maîtresse n’est pas enviable. Il faut moraliser notre société, il ne faut pas encourager la débauche. Récemment, nous avons voté une loi pour reconnaitre les enfants adultérins. Pour moi, c’est une prime à la débauche. Pourquoi voulez-vous manger un fruit et refuser de voir l’arbre du fruit. Arrêtons ça, c’est la démagogie. Soyons courageux, adaptons notre législation à nos réalités sociales et à ce que nous constatons tous les jours et débat est clos. C’est pour cela que je dis polygamie optionnelle, ce n’est imposé à personne», a indiqué l’auteur de la proposition de loi. Pendant que ce débat société a lieu, les partis politiques, d’habitude très bruyants et prolixes, ont choisi de se murer dans un silence inquiétant. Personne ne veut prendre le risque de se mettre à dos une partie de la gente féminine. Le sujet est si sensible qu’aucune chapelle politique ne veut prendre des engagements. Pourtant, lors de son projet de campagne, l’ancien président de l’Assemblée nationale, Mamadou Koulibaly, a promis que s’il devenait président de la République, la réintroduction de la polygamie dans la constitution ferait partie de ses priorités. Le sujet étant revenu sur la table, chacun devrait logiquement se déterminer. Si les machines politiques refusent de prendre position, il ne reste qu’une chose au président Alassane Ouattara : proposer un referendum afin que la majorité des Ivoiriens décident de ce qui est bien pour eux. Pour l’histoire, il n’est pas souhaitable que le chef de l’Etat endosse seul la responsabilité du président sous le magistère de qui le changement de loi a eu lieu. Gouverner, c’est faire ce que la majorité des administrés souhaitent. Le chef de l’Etat doit donc mettre fin à ces débats interminables. De toutes les façons, on trouvera toujours des arguments pour ou contre la polygamie. En rien, ce débat ne peut permettre au pays de se développer. On doit vite fermer la parenthèse sur la loi du mariage et se consacrer aux débats structurant pour la société et l’économie. Allons au  referendum et arrêtons les polémiques stériles et le verbiage creux. Le travail nous attend.

SW

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Eliminatoires Can 2021 : la Côte d'Ivoire s'impose difficilement face au Niger

Covid 19: plus de 500 cas enregistrés ce 28 décembre