Abobo, Anyama, … : comment on se débrouille pour avoir de l’eau





abobo-anyama-comment-on-se-debrouille-pour-avoir-de-leau


Dans des communes comme Abobo, Anyama, etc., l’absence d’eau dans les pompes est connue. Depuis quelques semaines, des populations n’ont plus accès à ce précieux liquide. Pourtant, source de vie, on ne peut s’en passer. Comment donc les quartiers touchés par le phénomène font-elles pour y avoir accès ?

Un tour à Abobo, précisément dans le quartier d’Aboboté, et on se rend compte qu’il faut faire preuve d’ingéniosité pour obtenir de l’eau. Ici, que ce soit légal ou pas, on en a besoin pour cuisiner, pour prendre sa douche, pour la vaisselle, pour la Lessive, etc. Que ce soit légal ou pas, on n’en a cure. Le procédé le plus répandu reste la connexion directe aux canalisations souterraines. On creuse, on branche un tuyau et le tour est joué. Au vu et au su de tous. C’est Illégal, mais qui va s’en plaindre ? Tout le monde en bénéficie. Pire, bien qu’il n’y ait pas de factures à régler, certains vendent cette eau. Dans le cas précis, se posera à long terme un problème. Quand en amont, le problème d’infrastructures sera résolu, il n’y aura toujours pas d’eau dans les habitations. Les canalisations, grosses ou petites, ont été endommagées. Il faudra forcément un investissement supplémentaire pour résoudre le problème en aval.

Autre procédé observé à Anyama. Le recours à la bonne vieille méthode. Des puits, inutilisés depuis belle lurette, ont été ressuscités. Aucune précaution d’hygiène particulière. Les insectes et autres reptiles qui y avaient élu domicile depuis des lustres ont été délogés sans autre forme de procès. Qui a les moyens de traiter l’eau avant utilisation. Peu importe sa qualité ou sa couleur douteuse, pourvu qu’elle fasse l’affaire. Ne nous étonnons donc pas qu’il se pose, dans l’avenir, un problème de santé publique dû à la mauvaise qualité de l’eau utilisée actuellement.

Dans l’un des cas où dans l’autre, il y a problème. Aussi bien pour les populations que pour les dirigeants qui doivent parer au plus pressé. Il est donc impérieux de trouver une solution rapide à cette situation.

Modeste KONÉ

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Amadou Gon Coulibaly annonce de bonnes nouvelles pour la région du Gboklè

Report du débat PDCI-RHDP sur la CNI: la grosse déception de Guikahué