Côte d’Ivoire : les jeunes journalistes exhortés à intégrer le Syndicat national de la presse privée





cote-divoire-les-jeunes-journalistes-exhortes-a-integrer-le-syndicat-national-de-la-presse-privee


La Fédération internationale des journalistes (Fij) en collaboration avec l’Union nationale des journalistes professionnelles de Côte d’Ivoire (Unjci), a organisé, les 1er et 2 décembre 2022, au Plateau, un séminaire de renforcement de capacité à l’endroit des journalistes ivoiriens. Un séminaire durant lequel les jeunes journalistes ont été exhortés à intégrer le Syndicat National de la Presse Privée de Côte d'Ivoire (Synappci).

Sokhna Dia, responsable administrative et financière de la FIJ Afrique, a fait savoir qu’il serait profitable pour les jeunes journalistes d’appartenir à ce syndicat.

‘’ beaucoup ont peur d'intégrer les syndicats parce qu'ils pensent que c'est une menace pour leurs emplois, alors que ce n'est pas le cas. Le syndicat est là pour protéger l'employé et défendre ses intérêts, et cela permet à l'employé d'avoir un soutien derrière en cas de problème.  C'est pourquoi on incite beaucoup plus les jeunes à intégrer les syndicats ‘’, a-t-elle soutenu.  

Quant à Guillaume Gbato , ex secrétaire général du Syndicat National de la Presse Privée de Côte d'Ivoire (Synappci), il dit compter sur le soutien de la Fij afin de recruter un maximum de jeunes au sein dudit   syndicat.  ‘’ Nous avons besoin de la Fij pour continuer de recruter. Au dernier congrès de l'Unjci, nous avions 691 journalistes sur la liste, mais on ne peut pas mobiliser le tiers de ces journalistes, c'est un problème. Or il y a du potentiel, le numérique aujourd'hui fait qu'il y a beaucoup de jeunes qui rentrent dans le secteur. Et ils ont besoin de maîtriser les outils de leur métier ‘’ a-t-il indiqué tout en espérant que ces deux jours de formation auront suscité la fibre syndicale dans l’esprit des journalistes participants.

‘’ J'espère que ces deux jours d'activité ont fait naître en vous des velléités de leaders syndicaux, notre pays en a besoin…notre grande fierté, c'est la convention collective. Quand nous arrivions, il n'y avait aucun texte. Aujourd'hui la convention est là. Même si elle n'est pas appliquée, elle existe. Vous pouvez la revendiquer. ‘’, a-t-il soutenu.

Notons qu’en plus de la lutte syndicale, ce séminaire était également axé sur le numérique : ‘’ Qui parle du numérique, parle d'internet, on n'a vu que internet est d’actualité, beaucoup de journaliste convergent vers les médias numériques, donc on essaie de sensibiliser les jeunes sur ce que c’est que les médias numériques. Essayer de leur faire comprendre l'importance des médias sociaux et des conséquences qui peuvent y aboutir Et comment ils peuvent faire pour avoir beaucoup plus d'avantages et gagner beaucoup plus ‘’, a soutenu Sokhna Dia.

GZ

 

 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Marcel Zadi Kessy reçoit l’hommage du Patronat et du PDCI

L’imam Ousmane Diakité désigné guide des musulmans ivoiriens (COSIM)