Affaire "tricherie du Cameroun face aux Comores" : En colère, Samuel Eto’o réagit





affaire-quottricherie-du-cameroun-face-aux-comoresquot-en-colere-samuel-etoo-reagit


Samuel Eto’o Fils, président de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT), n’accepte pas du tout qu’on accuse son pays d’avoir triché lors du match contre les Comores. Invité de Canal + Afrique, il s’est voulu très clair sur les tests Covid-19 effectués sur les joueurs.

« Je voudrais faire une précision sur les tests, en rappelant aux journalistes qui se lancent dans des explications impossibles, que l’agent choisi pour faire les tests, n’est pas sous le contrôle du Cameroun. C’est à 100 % sous le contrôle de la CAF », a précisé l’ex-international camerounais sur Canal+Afrique. Ajoutant : « Les règles du jeu étaient connues par tous avant le début de la compétition. Je souhaite humblement que mon pays soit respecté ».

 

À lire également : 8e de finale CAN 2021 : Beaumelle a tout son effectif pour le match contre l’Egypte

 

Le président de la FECAFOOT a pris des exemples d’autres équipes pour corroborer son propos : « La Tunisie a eu sept cas de tests positifs face au Nigeria et elle ne jouait pas contre le Cameroun. Le Maroc lors de la première journée a aussi été pénalisé et ne jouait pas contre nous ». Tout en s’attaquant à tous ceux qui profèrent ses accusations : « J’ai l’impression que certains d’entre nous ont parfois la mémoire courte. Il n’est pas fair-play d’insinuer des choses, d’accuser le gouvernement camerounais ou de m’accuser moi-même. J’ai essayé d’être un grand champion, je l’ai été parce que j’ai mérité toutes mes victoires. Je n’ai jamais accepté la tricherie, ça ne sera jamais le cas. J’espère que c’est clair pour tout le monde et que les faux débats, qu’on veut mettre sur le dos du gouvernement camerounais et de sa fédération de football, cesseront ».

 

Modeste KONÉ

En lecture en ce moment

Législatives : Laurent Gbagbo dénonce les propos "tribalistes et exclusionnistes" tenus par des candidats de son parti

Commission électorale indépendante (CEI) : voici ce qui va changer