Benjamin Tehe(cadre de l'Ouest) : ''Les Ivoiriens sont déçus de la classe politique toute entière ''





benjamin-tehecadre-de-louest-les-ivoiriens-sont-decus-de-la-classe-politique-toute-entiere


 

Dans un entretien accordé à la presse ivoirienne,  Benjamin Tehe,  cadre de Lider , s'est prononcé sur plusieurs sujets d'actualité en Côte d'Ivoire.  Il s'agit notamment de la saison des pluie,  l'effondrement des immeubles, conflits fonciers à l'Ouest, la situation sociopolitique en Côte d'Ivoire, et bien d'autres.  

 

La saison des pluies s’annonce dans tout le pays, les dégâts y compris. Quelles réactions face à cette situation climatique redoutée par la population ?

Benjamin TEHE : ce fait cyclique naturel aurait été anodin si le rdr-rhdp et son chef Ouattara n'avaient pas exploité celui-ci d’une manière malicieuse, perfide et méchante durant sa lutte pour la conquête du pouvoir.  L’exemple du carrefour de l’Indénié est là pour nous dire l’échec du discours populiste du régime d’Abidjan. Des millions engloutis mais jusqu’à ce jour c’est la nature qui a le dernier mot. L’orgueil et l’arrogance des dix ans de pouvoir de Dramane n’ont rien amélioré jusqu'à ce jour. L’échec est là, plus visible et plausible que toutes les campagnes publicitaires tendant à valider son troisième mandat illégitime. Les ivoiriens comme à leurs habitudes ont trouvé cette formule: « Ouattara construit, la pluie vérifie ».  Cela est le résultat du manque de sérieux et de suivi dans l’exécution des travaux puisque les marchés sont pour la plupart passés de gré à gré. Un copinage étatique, clanique et ethnique qui tire sa source depuis sa prise de pouvoir en 2011 et son viol de la constitution en 2020 en confisquant le pouvoir devant une marionnette comme KKB.

En plus des dégâts causés par  la pluie, il y a le phénomène des immeubles qui s'effondrent . Un commentaire ?  

Benjamin TEHE : le mutisme cynique du pouvoir rdr face à cette tragédie est sidérant. Les tentatives de justification infructueuses dont le beau-frère de Ouattara, M. Bruno Koné ; inamovible ministre de la construction est passé maître n’améliorent en rien la situation. La vie des Ivoiriens n’a aucune valeur aux yeux du régime d’Abidjan. Les immeubles peuvent tomber, les victimes peuvent se compter par milliers, Ouattara et sa fratrie n’en n’ont rien à cirer. Ils iront surement donner quelques millions aux parents des victimes pour hypocritement compatir diront-ils. Toutes ces négligences vis-à-vis du bien-être des populations sont les signes évidents d’une gouvernance médiocre et d’un régime en perte totale de crédibilité. Toutes les constructions datant de la période 2011-2022 doivent faire l’objet d’une expertise par l’ordre des architectes car résider désormais à dans un immeuble à Abidjan est un danger quasi permanent.    

La chronique du moment, c’est aussi la destruction de 148 hectares de forêt pour la construction d’un hôtel et ce, juste après la Cop15 qui s’est tenue à Abidjan. Qu’en pensez-vous ? 

Benjamin TEHE : l’incongruité des actions de Ouattara et de sa secte au pouvoir ne date pas d’hier. Le cas que vous rapportez est la face cachée de l’iceberg. Avec ce régime rdr, on arrive parfois à douter des jours de la semaine, tellement la manipulation, la perfidie, le mensonge, les complots, la fourberie et toutes les tentatives de contrôle de la conscience collective y passent. Aucune forêt n’est à l’abri. D’ailleurs, toutes les forêts classées sont entre les mains des supplétifs dozos et frci qui les surveillent pour des cartels étrangers ou les exploitent eux-mêmes.  Le décompte macabre ne finit pas à l’Ouest dont nous sommes originaires. Quand Ouattara te présente un projet, il y a toujours un problème derrière. La déforestation a connu son plus grand pic sous ce régime. Les chiffres sont là, et les experts de la SODEFOR sont totalement impuissant puisque les ordres viennent parfois du cartels qui est autour du président. Les ivoiriens peinent à avoir trois repas par jour et le rdr ne pense qu’a la jouissance et au bling bling. Et dire que le groupe qui doit réaliser cet ouvrage à pour administrateur indépendant Nicolas Sarkozy, l’ami très intime de Ouattara et ambassadeur de la Côte d’Ivoire auprès du Qatar. N’est-elle pas belle ainsi notre démocratie ? Ouattara, sa famille biologique et politique nous soumettent à cet esclavage parce qu’il ont vaincu par les armes et non les urnes. Le partage se fait donc sous le regard bienveillant de la France et de ses alliés.     

L’opposition semble patiner ces derniers temps. Partagez-vous cette observation ?

Benjamin TEHE : écoutez ! l’opposition est en pleine reconstruction et c’est un processus complexe à mener. Même mon parti LIDER n’est pas épargné. Nous sommes en politique et les stratégies sont dynamiques. Ce que nous voulons bâtir pour les Ivoiriens dépasse le cadre des petits calculs alimentaires et la recherche des veines glorioles. Certains camarades et personnalités peuvent rejoindre le rdr si la famine frappe à leur porte mais de là à dire que l’opposition patine n’est pas vraisemblablement une bonne analyse. Il y certes des choses à corriger pour rassembler un plus grand nombre et j’appelle à cet effet les lieutenants des différentes chapelles politiques de la grande opposition à  changer de stratégie pour plus de rapprochement entre partis. Le PDCI est sur la bonne voie dans ce sens mais il doit servir de catalyseur pour donner plus de force à l’opposition car en face, nous avons affaire à une vraie mafia. Il faudra donc redoubler de vigilance. le rdr continue de ruser avec la réconciliation, nous en voulons pour preuve ce pseudo rapport de la crise électorale de 2020 et les manigances du tristement célèbre procureur Adou à vouloir incriminer l’opposition.  Les implications juridiques sont tendancieuses et portent les germes d’une explosion et cela n’augure rien de positif pour les prochaines échéances électorales. Sans oublier le fait que ni la CEI, ni le Conseil Constitutionnel encore moins le fichier électoral n’est fait l’objet d’une réforme profonde.  A ce stade du combat, le débat n’est plus au niveau de l’âge des trois leaders que sont Ouattara, Gbagbo et Bédié. Le problème est au niveau de la nouvelle génération. Allons-nous laisser le pays entre les mains d’un oligarque du rdr ? du Pdci ? du Ppa-ci ou à un  « fils à papa »  pour toujours servir les intérêts de la France? Voilà l’enjeu du renouvellement. Pour que cela se fasse dans une perspective apaisée, il faut que les hommes politiques de notre génération soient soudés et solidaires autant que faire se peut. Éviter de rire du malheur des autres et croire que nous sommes à l’abri de la persécution de Ouattara. Nous devons trouver rapidement une solution  à cet exil forcé de certains leaders politiques de notre génération. Si le graal semble avoir été du coté de Charles Blé Goudé , le sort de Soro Guillaume est davantage incertain quant à son retour. Nous exhortons le régime d’Abidjan à plus d’humanité. Nulle n’a le droit de contraindre un Ivoirien à l'exil.  A présent, l’établissement du passeport de Charles sera enregistré dans les records Guinness au grand bonheur de Ouattara . Ce n'est pas de cet héritage dont nous rêvons. Nous voulons une Côte d’Ivoire où faire la politique n’est pas un abonnement à la mort encore moins une tentative au suicide. Les Ivoiriens sont déçus de la classe politique toute entière et il est du devoir de la nouvelle génération de donner les gages d’un changement de mentalité, de maturité, de courage et de respect des ainés. Combattre les vieux ne nous apportera que des troubles de passations de flambeaux.    

Les morts liés aux conflits fonciers continuent toujours dans l’ouest du pays, comment résoudre cette situation ?

Benjamin TEHE : (soupir !) La situation de l’Ouest du pays est un problème qui demande une attention particulière non seulement des cadres de la région que nous sommes mais également du régime rdr en place. Nos forêts sont devenues des refuges des trafiquants de tous bords. L’occupation illégale des terres de nos ancêtres ne préoccupe guère le pouvoir. Ils attendent les morts pour agir en pompiers pyromanes.  La psychose est palpable chez les autochtones et les frères allogènes sont victimes d’instrumentalisations. Le mal est profond et ce n’est pas les discours de propagande de la ministre Anne Désiré Ouloto qui pourrait y changer quelque chose.  Elle n’a ni le niveau encore moins le verbe pour apporter le réconfort aux parents Wê. Anne Ouloto gagnerait à faire la politique de développement que celle de la corruption ou l’achat des cadres et des voix. Les gens prendront l’argent que vous offrez et vous lâcherons lors des élections. Les cadres du rdr sont en panne d’arguments donc c’est l’achat de cadre et la corruption qui est devenue leurs armes dans l’Ouest. Le bilan en infrastructure  à l’Ouest est très négatif et cette stratégie ne fera qu' enfoncer le rdr. On ne doit pas attendre forcément qu’un Wê arrive au pouvoir pour sortir cette région de la pauvreté extrême. Agir comme le fait le rdr actuellement est ridicule, cynique et anti-démocratique.    

Est-ce à dire que les 10 ans de règne de Ouattara n’ont rien apporté de concret dans la région ?

Benjamin TEHE : nous invitons tous les observateurs à analyser les indicateurs de développements du pays régions par régions et vous verrez les conclusions. L’Ouest est discriminé, catégorisé et blacklisté. Le développement n’est que de nom. Les projets de développement sont inexistants. Parfois nous nous demandons si cette zone appartient à la Côte d’Ivoire ? Et pourtant,  le Cacao, le café, l’hévéa biens d’autres richesses proviennent de cette région. Quand il y des attaques au Nord, le régime parle de djihadiste, dès qu’une opposition s’élève contre la mauvaise gestion des affaires à l’Ouest ils taxent tous les jeunes de miliciens. Voilà la réalité du terrain que nous rapportent les jeunes et nos parents.  Ouattara devrait chercher des interlocuteurs crédibles pour son image personnelle et pour sa politique intérieure car les prochaines élections seront plus regrettables que celles de 2020-2021. L’Ouest n’est le bastion d’aucun parti comme pourrait le faire croire certaines chapelles politiques. Il faut juste un peu de réalisme politique et moins de préjugés et d’orgueil pour conquérir les cœurs de nos parents.

Votre mot de fin ?

Benjamin TEHE : Fasse Dieu que notre pays retrouve sa paix à travers un processus inclusif dans les décisions liées au dialogue nationale et à la réconciliation politique. L’inverse ne nous apportera qu'échec et malheur. 

 

 

Propos recueillis par GZ 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Les cendres pour marquer le début du mois de carême

Elections à la Fif : Kouassi Blaise ‘’ Drogba est victime de complot ‘’