Ville vivante







Le 19 juillet 2022, il y avait ville morte en Côte d’Ivoire. Oui, vous avez bien lu. Les Ivoiriens sont restés chez eux à l’appel de Pulchérie Gbalet, présidente de l’ONG action citoyenne ivoirienne. Les magasins sont restés fermés. Les usines ont fermé. Les transporteurs ont immobilisé leurs véhicules. Les commerçantes ont fermé leur marché.

Les boutiques ont baissé pavillon. Les paysans ne sont pas allés dans leurs plantations. Enfin, tout était à l’arrêt en Côte d’Ivoire le 19 juillet parce que, répondant à l’appel de l’activiste du net Pulchérie Gbalet, les Ivoiriens n’ont pas bougé d’un iota pour protester contre la cherté de la vie. N’importe quoi. Ses rêves qu’elle voulait prendre pour de la réalité, resteront à jamais au stade de fantasmes. Logiquement après ce camouflet à lui asséné par les Ivoiriens qui ont royalement ignoré son appel, dame Pulchérie Gbalet ne devrait plus ouvrir la bouche.

Mais puisque dans ce pays, ils sont nombreux les individus nés avant la honte, elle ne tirera aucune leçons de son échec implacable. Elle continuera de se surestimer, de se prendre pour une prophétesse choisie par Dieu pour délivrer le peuple de Côte d’Ivoire contre les Institutions de la République budgétivores, contre la non-application des mesures prises par l’Etat, contre les péages très chers, contre les rackets policiers. En disant non à l’opération ville morte, le peuple souverain a répondu à l’opposante déguisée dans une tenue d’administrateur d’ONG. La vie chère est une réalité mondiale sauf si on est de mauvaise foi, ou qu’on vient d’une autre planète.

La crise du pétrole et la guerre russo-ukrainienne ont provoqué une inflation de tous les produits importés. En faisant une étude comparative du coût de la vie en Côte d’Ivoire et partout ailleurs en Afrique, les Ivoiriens sont reconnaissants au gouvernement de Patrick Achi qui abat un travail remarquable. Lors de son interview sur la RTI et NCI pour rassurer ses compatriotes, le Premier ministre, Patrick Achi a donné des chiffres très importants : « Face à la crise ukrainienne, le gouvernement a subventionné le prix des produits pétroliers, pour un montant de 55 milliards Fcfa, de janvier à mars 2022, et procédé à une subvention additionnelle de 64 milliards Fcfa pour le mois d'avril 2022.'' À en croire le Premier ministre, la subvention de l’Etat en vue de lutter contre la cherté de la vie s'élevait à environ 120 milliards de Francs CFA de janvier à avril 2022. Qui dit mieux ? Contrairement aux allégations de Dame Pulchérie Gbalet, le gouvernement veille à la stricte application de ces mesures. « Pour veiller au respect des prix de plafonnement, 35.000 postes de contrôles ont été effectués.

Ce qui a permis de sanctionner 2000 cas de non-respect des prix de plafonnement dans nos commerces », a révélé le Premier ministre. Il y a lieu de féliciter ceux qui nous gouvernent et souhaiter qu’ils continuent d’ouvrer à l’épanouissement des populations. La ville ivoirienne restera toujours vivante n’en déplaise à Gbalet et compagnie.

SW

En lecture en ce moment

Les femmes du Rhdp annoncent un giga meeting le 23 novembre à Abidjan

Can 2021 : le programme de ce lundi avec l'entrée en lice des Lions de la Teranga