Université FHB de Cocody : Comment la FESCI en est arrivé à bloquer les voies d’accès





universite-fhb-de-cocody-comment-la-fesci-en-est-arrive-a-bloquer-les-voies-dacces

Les étudiants sont sortis nombreux pour écouter leurs responsables syndicaux au cours d’un meeting



Les étudiants et les Abidjanais se sont réveillé, ce matin du lundi 1er août 2022, avec une nouvelle : la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) a bloqué les voies d’accès à l’université Félix Houphouët-Boigny de Cocody. Barricades et autres objets de fortunes posés par les membres de ce syndicat entravaient les différentes entrées. Enseignants et personnels de l’administration ont eu du mal à pénétrer dans l’enceinte de ce temple du savoir.

À Daloa, même son de cloche. La Coordination de la FESCI du Haut-Sassandra a fermé l'Université Jean Lorougnon Guédé " jusqu'à nouvel ordre sous le mot d'ordre du secrétaire général national". "La Coordination de la FESCI du Haut-Sassandra ferme l'Université Jean

 Lorougnon Guédé de Daloa jusqu'à nouvel ordre sous le mot d'ordre du Secrétaire Général National ». En fait, le mot d’ordre est clair : opération campus vide dans toutes les universités publiques de Côte d’Ivoire.

 

La pomme de discorde

 

Renseignements pris, le syndicat que dirige Saint-Clair Alla avait pour seul objectif de marquer son mécontentement contre des décisions arrêtées par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Adama Diawara. En effet, ce mouvement d’humeur des étudiants de Côte d’Ivoire vise à dénoncer la décision de la tutelle de n’orienter que 19 000 nouveaux bacheliers sur 98 000 admis au baccalauréat pour la session 2022. Ce qui, pour les étudiants, signifie de facto que les 79 000 restants devront s’inscrire dans les universités et grandes écoles privées. « Qui va payer la scolarité de ceux qui seront au privé ? Ayez pitié des enfants de pauvres que nous sommes », a plaidé un étudiant.

L’autre point d’achoppement entre la FESCI et le ministre Adama Diawara 

concerne la décision de la tutelle de suspendre les UFR des sciences humaines et sociales et de droit de l’université de Daloa.

Il faut ajouter à ces points, d’autres revendications du syndicat que dirige celui qu’on surnomme le National Makelele. Il s’agit notamment du mauvais dispatching des offres de formation pour l’orientation des bacheliers et l’idée de privatisation qui ne dit pas son nom, la mauvaise application du système LMD. Il souhaite donc, jusqu’à la révision de ce système, la délivrance du DEUG et de la Maîtrise.

L’opération « campus vide » a été décidé par la FESCI en AGE, le dimanche 30 juillet 2022, à l’amphithéâtre de l’Université FHB de Cocody, avec toutes les sections. « Un mot d’ordre de grève illimité a été donné par le SGN sur toute l’étendue du territoire pour ce qui est de la non-orientation des étudiants en SHS et Droit Daloa dès le lundi 1er août 2022 », peut-on lire dans le compte-rendu de cette rencontre. Ce n’est donc pas une manifestation spontanée comme certains l’ont fait croire. D’ailleurs, l’assemblée a décidé que le secrétaire général national de la FESCI « se rendra à Daloa dans les jours qui suivent afin de déposer les documents constitués par le BEN portant sur la situation touchant les non-orientations en SHS et Droit Daloa auprès du Préfet de la Région du Haut Sassandra ».

 

Modeste KONÉ

En lecture en ce moment

Charles Blé Goudé : voici la vraie raison de son séjour à Paris (communiqué)

Pays-Bas : Plus rien n’arrête Sébastien Haller