Déchets toxiques, poursuite devant les tribunaux ,… : « Aucune victime n’a payé pour participer à la procédure contre Trafigura » (Ben Knuppe, avocat)





dechets-toxiques-poursuite-devant-les-tribunaux-aucune-victime-na-paye-pour-participer-a-la-procedure-contre-trafigura-ben-knuppe-avocat


Ben Knuppe, avocat et président de Stichting, une fondation qui représente les intérêts des victimes des déchets toxiques face à Trafigura, devant les tribunaux néerlandais, prévient qu’aucun individu ne devrait payer un quelconque centime pour participer à la procédure judiciaire.

« Aucune victime n’a à payer les organisations locales ou tout individu réclamant paiement pour participer à la procédure contre Trafigura. Nous rappelons aux victimes de rester vigilantes et d’ignorer les déclarations mensongères qui ont pour but de leur extorquer de l’argent », a-t-il prévenu, dans un entretien. Ajoutant : « Si les victimes ont besoin de plus d’information, nous les invitons à se rendre sur le site internet de la Stichting ou à envoyer un email ».

Dans ses explications, Ben Knuppe a fait savoir que la Stichting a initié une procédure judiciaire auprès des tribunaux néerlandais et contre Trafigura pour obtenir compensation pour ses membres. Précisant que ses membres sont les victimes. « L’affaire est donc désormais devant les tribunaux néerlandais », informe-t-il. À quel niveau ? L’homme de loi révèle : « La dernière décision du tribunal est à propos de la recevabilité de la plainte déposée par la Stichting au nom des victimes. Trafigura a plaidé devant les tribunaux que la plainte déposée par la Stichting n’est pas recevable. Le tribunal de première instance a statué son accord avec l’argument de Trafigura et la Stichting a fait appel de cette décision. La Cour d’appel a accepté l’appel de la décision et a décidé en faveur de la Stichting. Ce qui signifie que la prochaine étape consiste en une audience substantielle sur les questions de fond ». Selon lui, la Cour doit alors décider si Trafigura est coupable et si les victimes ont droit à une compensation. Prévenant qu'il est donc trompeur de communiquer que la dernière décision en date est finale ou de parler de compensation pour les victimes à ce stade alors que les questions de fond ne sont pas encore abordés par la Cour.

Tout en se montrant rassurant, le président de Stichting a fait savoir quels sont les avocats qui défendent les intérêts des victimes. Il s’agit, selon lui, des cabinets Harding Mitchell Solicitors, Irwin Mitchell et Beer Advocaten.

 

Modeste KONÉ

En lecture en ce moment

Législatives au Plateau : Des candidats signent un pacte de non-agression

Après la fin de la Ligue 1, Dao Mariam Gabala dévoile les prochaines actions du Conor