Sans haine







  Plus d'un an après son acquittement par la CPI, Charles Blé pourrait enfin regagner la Côte d'Ivoire. Leçons.               

Message important à l'endroit de ceux et celles qui gardent encore beaucoup de haine dans leur cœur. Ils devraient se préparer au retour prochain de Charles Blé Goudé en Côte d'Ivoire, également celui de Guillaume Soro. Ainsi va la politique. J'ai lu ces derniers jours, sur les réseaux, des commentaires des partisans du Rhdp, exposant leur embarras devant le retour imminent de Charles Blé Goudé en Côte d'Ivoire. Ils ne s'opposent pas clairement à la décision des autorités ivoiriennes de permettre à l'ancien chef de la galaxie patriotique de regagner Abidjan. Cependant, ces pro-Ouattara n'ont pu s'empêcher d'exprimer leurs réserves en ressassant des faits horribles comme l'incinération d'innocents citoyens, au plus fort de la crise post-électotale, à Yopougon, faits dont la responsabilité est parfois imputée à l'ancien ministre de la Jeunesse de Laurent Gbagbo. Nous exhortons tous ces rancuniers au pardon. Ils doivent accepter de tourner la page de ces événements certes douloureux, mais qui appartiennent désormais au passé. Aucune haine, aucun règlement de compte ne peuvent redonner la vie à ces morts. En outre, qu'ils se souviennent de ce que celui qu'ils continuent d'accuser, a été détenu durant des années par la CPI qui l'a jugé, et qui l'a finalement déclaré non coupable. Il faut accepter d'aller à la réconciliation. Et, accepter d'aller à la réconciliation, c'est accepter que Charles Blé Goudé rentre en Côte d'Ivoire sans être inquiété. C'est surtout accepter qu'une fois arrivé au pays, le discours dithyrambique qu'il a tenu depuis La Haye à l'endroit du Président Alassane Ouattara, et qui lui a certainement permis d'obtenir les grâces du pouvoir ivoirien, puisse changer. Qu'il puisse être critique à l'égard du pouvoir comme le fait aujourd'hui Laurent Gbagbo son ex-co-accusé, sans être inquiété. Le même sursaut devrait permettre aux extrémistes du camp Ouattara ayant une haine viscérale vis-à-vis de Guillaume, d'éteindre cette haine. Si Charles Blé Goudé, Laurent Gbagbo, et bien d'autres acteurs de l’ex-pouvoir de la Refondation, qu'ils considèrent comme les responsables de la mort de leurs "frères" ou "parents" tués pendant cette crise ont pu obtenir la possibilité de regagner la Côte d'Ivoire, il doit pouvoir en être de même pour Guillaume Soro dont le plus grand péché aujourd'hui aux yeux de certains partisans de Ouattara reste d'avoir déclaré en octobre 2020, parlant d'Alassane Ouattara, "Il sera assis et nous allons lui donner des conseils". Après avoir vu Laurent Gbagbo être reçu à deux reprises au palais du Plateau par Alassane Ouattara malgré tout ce qui a opposé et continue d'opposer ces deux hommes, ils doivent pour de bon comprendre qu'il faut se libérer de leur passion et se préparer, aussi, au retour prochain de Guillaume Soro.   

 

  Cissé Sindou

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Sécurité routière : les nouvelles contraventions au code de la route présentées

Lutte contre le COVID-19 : le PNUD offre des matériels médicaux au gouvernement ivoirien