Violences basées sur le genre : Le phénomène continue d'avoir la peau dure dans plusieurs localités selon la ministre Myss Dogo Belmonde





violences-basees-sur-le-genre-le-phenomene-continue-davoir-la-peau-dure-dans-plusieurs-localites-selon-la-ministre-myss-dogo-belmonde


La ministre de la solidarité et de la lutte contre la pauvreté Mme Myss Dogo Belmonde a révélé que les droits des femmes et des jeunes filles continuent d'être violés dans certaines localités en dépit des efforts du gouvernement ivoirien.

C'était ce jeudi 24 novembre 2022 au cours d'une activité relative à la mise en œuvre d'un projet d'autonomisation des femmes du sahel et de dividende démographique qui s'est tenue à Gagnoa, capitale de la région du Goh. Elle a expliqué cette situation, par le fait que beaucoup de femmes et de jeunes filles vivent toujours dans des conditions précaires.

Toujours selon la députée de Guibéroua, le premier palier à franchir pour l'autonomisation de la femme est celui de l'instruction. Pour la ministre Myss Dogo Belmonde, Il est inadmissible que la femme de retour du marché donne son argent à une tierce personne pour le compter. Ainsi, elle soutient que le volet financier dans le processus d'autonomisation de la femme vient en dernière position.

Notons que l'objectif principal du projet est de réduire les inégalités de genre et d'améliorer le niveau d'autonomisation des femmes et des adolescents dans sept pays.  Il s'agit de la Côte d'Ivoire, du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad.

Toure Boa 

Correspondant régional 

 

En lecture en ce moment

La Côte d’Ivoire se dote d’un manuel de gestion des flux migratoires à ses frontières

Procès contre Guillaume Soro et ses proches: le collectif des avocats de la défense quitte la salle d’audience