Guerre en Ukraine, influence économique et politique occidentale : les révélations de deux diplomates américains





guerre-en-ukraine-influence-economique-et-politique-occidentale-les-revelations-de-deux-diplomates-americains



« Notre système familier d'alliances politiques et économiques mondiales est en train de changer, et rien n'a rendu ce changement plus clair que les réactions variées à l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Alors que les États-Unis et leurs alliés les plus proches en Europe et en Asie ont imposé des sanctions économiques sévères à Moscou, 87 % de la population mondiale a refusé de nous suivre », révèle le magazine américain Newsweek, sous la plume de David H. Rundell, ancien chef de mission à l'ambassade américaine en Arabie saoudite et l'ambassadeur Michael Gfoeller, un ancien conseiller politique aux États-Unis. Ces deux diplomates américaines précisent : « Les sanctions économiques ont uni nos adversaires dans une résistance commune. De manière moins prévisible, le déclenchement de la Seconde Guerre froide a également conduit des pays qui étaient autrefois partenaires ou non alignés à devenir de plus en plus multi-alignés ».
Ces diplomates indiquent que nulle part le changement n'est plus apparent que sur les marchés de l'énergie où, contrairement aux devises, les gouvernements ne peuvent pas simplement imprimer ce dont ils ont besoin. « Ici, le réseau de sanctions devient une passoire », affirme le média américain révélant également que l'Arabie saoudite, partenaire américain engagé de longue date, a noué une alliance étroite avec la Russie dans le cartel OPEP Plus. Les Saoudiens ont publiquement décliné la demande d'un président américain d'augmenter la production de pétrole. Ils ont importé du pétrole russe pour un usage domestique afin d'exporter davantage leur propre production. Ensuite, ils ont réduit la production et indiqué qu'ils pourraient le faire à nouveau.
La Chine vend du gaz naturel liquéfié (GNL) européen originaire de Sibérie tout en important du pétrole russe en même temps. Elle raffine et exporte ensuite le pétrole. Pendant ce temps, maintenu solvable par les achats de pétrole chinois, l'Iran est devenu le plus gros client du blé russe. Le ministre indien du Pétrole a déclaré que son gouvernement n'était pas en conflit avec Moscou et avait le « devoir moral » de maintenir les prix de l'énergie bas en achetant du pétrole russe.
Les alliances qui ont été créées en partie pour contrer l'influence économique et politique occidentale se multiplient. L'Égypte, l'Arabie saoudite et la Turquie ont annoncé leur intérêt à rejoindre les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud). L'Organisation coopérative de Shanghai relie actuellement la Chine, la Russie, l'Inde et le Pakistan, entre autres. En septembre, lIran a affiché son intention d'adhérer au BRICS. Le Bahreïn, l'Égypte, l'Arabie saoudite et le Qatar sont susceptibles de devenir des « partenaires de dialogue » ou des membres candidats.
De plus, l'ambitieuse initiative chinoise « la Ceinture et la Route » lie de nombreux pays africains à Pékin avec des liens commerciaux et de la dette. La Russie tend également la main à travers son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, qui s'est récemment adressé à ses 22 homologues de la Ligue arabe au Caire, avant de se rendre dans un certain nombre de pays africains.
Et comme si cela ne suffit pas à faire réfléchir l'Occident, Moscou est de nouveau à l'offensive en Amérique latine, renforçant ses relations militaires avec le Nicaragua, le Venezuela et Cuba. Les deux puissances de cette région, le Brésil et le Mexique, ont ostensiblement refusé de soutenir les sanctions occidentales contre la Russie.

Les appels à la dé-dollarisation devenus plus forts 

Le statut de monnaie de réserve du dollar reste un pilier de l'ordre économique mondial, mais la confiance dans cet ordre a été ébranlée, soutient Newsweek qui indique que les sanctions économiques ont militarisé certaines parties des secteurs internationaux de la banque et de l'assurance, y compris le système de transfert de fonds SWIFT. « Des actifs ont été saisis et des contrats de produits de base annulés. Les appels à la dé-dollarisation sont devenus plus forts. Lorsque la Russie a exigé des paiements énergétiques en roubles, en yuans ou en dirhams des Émirats arabes unis, la Chine et l'Inde se sont conformées », révèle le média américain.
De nombreuses économies asiatiques sont désormais touchées à la fois par la hausse des prix du pétrole et par la dépréciation de leur propre monnaie par rapport au dollar. En conséquence, ils étendent leur utilisation des swaps de devises bilatéraux qui leur permettent de négocier entre eux dans leurs propres devises. Il y a quatre-vingts ans, la livre sterling a perdu sa position prééminente parmi les monnaies mondiales. C'est précisément ce que les adversaires de l'Amérique essaient de faire au dollar et si jamais les Saoudiens arrêtaient de fixer le prix du pétrole en dollars, ils pourraient très bien réussir.
Newsweek prévient que la mondialisation ne peut fonctionner que si la plupart des participants pensent qu'elle sert leurs intérêts. Si les autres pensent que l'Occident utilise injustement le système pour son propre bénéfice, l'ordre international fondé sur des règles s'effondrera et des alternatives apparaîtront.
Aujourd'hui, les pressions inflationnistes et les craintes de récession sévissent dans une grande partie du monde. Alors que l'Occident riche peut se permettre le coût des sanctions, la plupart des autres ne le peuvent pas. L'Europe est désormais en concurrence avec des pays comme le Bangladesh, le Sri Lanka, le Pakistan et la Thaïlande pour les expéditions d'énergie. En Afrique du Nord et au Moyen-Orient, les pénuries d'énergie et de nourriture ont soulevé la perspective de troubles politiques similaires au printemps arabe.
« Ces préoccupations génèrent un sentiment anti-occidental considérable dans une grande partie des pays du Sud. Alors qu'une Russie dotée de l'arme nucléaire ne montre aucune volonté de mettre fin à une guerre, ses dirigeants ne peuvent pas se permettre de perdre ; l'Occident perd rapidement le reste et sape ainsi l'ordre international fondé sur des règles qu'il a cherché à créer. Notre solution la plus prometteuse à ce dilemme sera probablement une sorte de compromis diplomatique », conclut Newsweek, sous la plume de David H. Rundell et l'ambassadeur Michael Gfoeller. 

Partarger cet article

Tags

En lecture en ce moment

Côte d’Ivoire : les cortèges du ministre Sidi et du frère d’Amédé attaqués

Concours direct d’entrée au Cafop : Les candidats invités à finaliser leurs inscriptions