MIRAH: 2024, année des grands défis





mirah-2024-annee-des-grands-defis


Le Ministère des Ressources animales et halieutiques (MIRAH) a marqué, d’une pierre blanche, le passage de 2023 à 2024. En effet, lors des échanges de vœux avec le personnel de son Ministère, vendredi 19 janvier 2024, le Ministre Sidi Tiémoko Touré a exhorté chacune et chacun à s’approprier la Politique nationale de développement de l’élevage, de la pêche et de l’aquaculture (PONADEPA 2022-2026) qui met un accent particulier sur la bonne gouvernance, notamment la modernisation et le renforcement du cadre institutionnel et réglementaire.

Le patron du MIRAH, en première ligne sur le front de la sécurité et de la souveraineté alimentaires, a renouvelé sa confiance en ses collaborateurs et ses partenaires qui, durant l’année écoulée, ont agi de sorte que les actions du ministère puissent prospérer. Que dire du bilan 2023 ?

Concernant cette question, il faut noter que le Ministre a été plus que transparent sur ce qui a été fait par son Ministère. En effet, plusieurs dossiers dont il avait la charge ont été résolus au grand bonheur des populations et des partenaires au développement. Concernant les réformes, projets et programmes, Sidi Touré souligne que malgré les dotations insuffisantes pour son département ministériel, toutes les énergies ont été mises ensemble pour réaliser toutes ces activités. « Le taux d’exécution physique est de 75,65% pour les réformes et de 89,29% pour les projets. Les performances qui s’en dégagent se situent respectivement à 65, 67% et de 118, 67%. Au niveau financier, les taux d’engagement sont également de 91,98% et de 91,75%. Ce sont des résultats satisfaisants que nous avons obtenus dans un contexte marqué par des crises multiformes au plan national, régional et mondial », explique le Ministre. Visiblement, 2023 a été une année faste pour le MIRAH. 2024, à en croire la détermination du Ministre Sidi Touré, devrait garder la cadence positive qui consiste à apporter des solutions aux questions qui se présenteront à son département ministériel. Dans une démarche prospective, le MIRAH sait, d’ores et déjà, à quoi s’en tenir pour mener à bien ses activités. « Nous avons anticipé sur l’ensemble de la programmation de nos actions à travers la PONADEPA (Politique nationale de développement de l’élevage, de la pêche et de l’aquaculture (NDRL). Ainsi, dès la mise en œuvre du budget 2024, nous devons systématiquement entamer la mise en œuvre des réformes pour améliorer l’environnement du secteur des RAH (Ressources animales et halieutiques NDRL) et la mise en œuvre des projets consolidant les impacts socioéconomiques sur les acteurs et les populations », souligne Sidi Touré. Une année s’éteint, une autre s’éveille. Au MIRAH, à en croire le Ministre, on a conscience des grands défis de l’année 2024. En fait, au titre de la nouvelle année, plusieurs réformes sont au programme. Sidi Touré entend réglementer la commercialisation du faux thon ; immatriculer les embarcations de pêche artisanale ; instaurer une fermeture saisonnière de la pêche ; développer des plans de cogestion des pêcheries ; identifier le bétail en Côte d’Ivoire ; assurer l’approvisionnement des marchés en bétail ; mettre en œuvre l’initiative biodisgesteur ; améliorer le bien-être animal et renforcer la gestion des urgences en santé publique vétérinaire. Evidemment, toutes ces activités sont, pour le MIRAH, un challenge, en cette nouvelle année. Pour atteindre ses objectifs, le Ministère est conscient que ‘’le nerf de la guerre’’ doit suivre. Le financement de ces projets et programmes est, en effet, essentiel. En la matière, Sidi Tiémoko Touré sait à quelle porte toquer pour que tous ces défis soient relevés, à la grande satisfaction des populations.

Par Charles Lambert TRA-BI

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Laurent Gbagbo acquitté: le récit d'un tournant à la Cour pénale internationale

Journée mondiale de la contraception