Gabon : l’ex-président Ali Bongo en grève de la faim pour protester contre des «actes de torture»





gabon-lex-president-ali-bongo-en-greve-de-la-faim-pour-protester-contre-des-actes-de-torture

L'ex-président Ali Bongo, ici dans une capture vidéo réalisée à partir d'une vidéo non confirmée, dans un lieu non divulgué, obtenue par l'AFPTV le 30 août 2023



Au Gabon, l'ancien président Ali Bongo et ses deux plus jeunes fils Jalil et Bilal ont entamé une grève de la faim pour protester contre la « séquestration » et les « actes de torture » dont plusieurs membres de leur famille seraient victimes. L’annonce a été faite mardi 14 mai par leurs avocats, qui indiquent également qu'une plainte a été déposée devant le tribunal judiciaire de Paris.

Les maîtres François Zimeray et Catalina de la Sota ont publié un communiqué annonçant leur dépôt d'une plainte avec constitution de partie à Paris. Cela alors que le général Brice Oligui Nguema, à la tête du Gabon depuis le putsch d'août 2023, doit se rendre à Paris dans les prochains jours. Avec cette procédure, la défense de la famille Bongo vise à obtenir la désignation d'un juge d'instruction en France pour enquêter sur ces accusations.

Une première plainte simple déposée par l'épouse d'Ali, Sylvia Bongo, le 1er septembre, deux jours après le coup d'État, pour dénoncer cette détention arbitraire, a déjà été classée en octobre, d'après les avocats.

La nouvelle plainte dénonce une « arrestation illégale, la séquestration aggravée par des actes de tortures et les actes de barbarie commis à l'encontre d'Ali Bongo Ondimba, de Sylvia Bongo et de leurs fils Noureddin, Jalil et Bilal », les quatre premiers étant présentés comme ressortissants français.

D'après les conseils, Noureddin Bongo a été « torturé à plusieurs reprises, battu avec un marteau et un pied-de-biche, étranglé, fouetté ou encore électrocuté au taser. Sylvia Bongo, contrainte d'assister aux tortures [...], a également été battue et étranglée, dans le cadre d'une dépossession sans limite des biens de la famille ».

Ali, Jalil et Bilal ont quant à eux « été assignés à résidence, privés de moyens de communication avec l'extérieur et également soumis à des actes de torture », soutiennent encore les conseils.

Dans une interview à RFI, Me François Zimeray explique que des membres de la famille Bongo ont décidé de commencer une grève de la faim, « parce que cela fait neuf mois que cette famille est privée de sa liberté, que leur mère et leurs frères sont arrêtés et torturés, et qu’eux-mêmes ne jouissent d’aucun des droits fondamentaux qui sont reconnus à chacun ».

Lire sur rfi.fr

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Le tabouret d'Ehouo !

Reconduit dans ses fonctions de Premier ministre, Patrick Achi dévoile un nouveau gouvernement de 32 membres