Succession des matchs interrompus dans le football ivoirien : et si la Fif était la seule et unique responsable





succession-des-matchs-interrompus-dans-le-football-ivoirien-et-si-la-fif-etait-la-seule-et-unique-responsable

Ce sont au total quatre matches qui se sont pas allés à leur terme cette saison en Côte d'Ivoire



Le match qui opposait la formation du Racing Club d’Abidjan à Bouaké FC, ce samedi 19 mai 2024, au Parc des sports de Treichville, à l’occasion de la 28e journée de le Ligue 1, n’est pas allé à son terme. On jouait la 88e minute, le score était de 2 buts partout, lorsque l’arbitre siffle un penalty en faveur des hommes de Bouaké. Une décision fortement contestée par l'équipe du Racing qui décident alors de rentrer aux vestiaires. Après plusieurs minutes d’attentes, l’arbitre décide donc de siffler la fin du match. Le match sera-t-il rejoué ou sera- homologué ? Les regards sont donc tournés vers la Fédération ivoirienne de football dont la commission de discipline devra prendre une décision dans les jours à venir. Une décision qui pourrait également être invalidée par la commission de recours. 

En effet, ce n’est pas la première fois qu’un match est interrompu cette saison dans les différents championnats de la Ligue professionnelle en Côte d’Ivoire.  La toute première fois que cela s’est produit, c’était le 14 décembre 2023, lors d’un match de la 10e journée de Ligue 2, opposant ISCA à Sirocco FC qui s’est terminé sur le score de 1 but partout. Ce match a été arrêté à la 93e minute suite à un penalty sifflé en faveur de ISCA et annulé par la suite, car les arbitres assistants avait interpelé l’arbitre pour lui faire savoir que la faute n’était pas évidente. Du coup, les joueurs d’ISCA ont donc décidé de ne plus continuer la rencontre.

Quelques jours après, la commission d'éthique et de discipline de la FIF a décidé d’homologuer cette rencontre en conservant le score nul qui était de 1-1. Mais cette décision n’est pas appréciée par Sirocco qui saisit la commission de recours afin de sanctionner l’équipe d’ISCA, par une défaite sur tapis-vert. 

Finalement, c'est 4 mois plus tard que la commission de recours a rendu son verdict. Elle a décidé d'annuler le match et a ordonné sa reprogrammation. Cette décision est tombée le 26 avril dernier, quelques jours seulement après la victoire de l’Africa Sports face à son dauphin ISCA (1-0) lors de la 15e journée de la Ligue 2.

Pour certains observateurs, cette décision a été prise pour permettre à ISCA de ne pas se laisser distancer par l’Africa dans la course pour la montée en Ligue 1.

Mais pour d’autres, cette reprise intégrale du match Sirocco-ISCA était une invitation pour les autres équipes à sortir de l’aire de jeu une fois qu’un coup de sifflet de l’arbitre n’est pas apprécié par l'une des deux équipes. Et ce message semble avoir été très bien capté par certains clubs, puisque depuis lors, l’on assiste à un triste et honteux spectacle de matchs interrompus dans les championnats de la Ligue professionnelle de ce pays qui vient d’organiser « la plus belle Can de l’histoire de cette compétition ».

Le 9 mai dernier, le match de la poule B de la Ligue 2 entre l'ES Bingerville et OSA (match en retard de la 18e journée) n'a pu aller à son terme. L'arbitre du match a sifflé un penalty pour Bingerville qui menait 1-0. OSA a estimé que le penalty n'était pas valable et son président a demandé à ses joueurs de sortir du terrain.

Le 11 mai 2024, l’équipe de l’Us Tchologo face à cette même équipe d’Isca, a décidé de sortir du terrain parce qu’estimant que l’arbitrage était en faveur de l’équipe adverse. Le score de ce match qui comptait pour la 20e journée de la Ligue 2 était à l’avantage d’Isca (1-0).

Ce triste phénomène s’est invité au niveau de la Ligue 1 ce samedi entre la formation du RCA et Bouaké.

Une situation face à laquelle il ne faut pas chercher de midi à 14 heures. La FIF, à travers sa commission de recours, a tout simplement créé un antécédent. Chaque équipe en use quand elle se retrouve à position défavorable. Il lui appartient donc de prendre des mesures courageuses pour mettre fin à ce phénomène qui n'honore pas le football ivoirien.

Gaël Z

Partarger cet article

Tags

En lecture en ce moment

Coronavirus : Attention le danger revient !

Non affichage des prix homologués du pain : la phase de répression contre les boulangeries récalcitrantes démarre le lundi 18 juillet