Législatives du 6 mars 2021: Voici les zones où ça va chauffer !





legislatives-du-6-mars-2021-voici-les-zones-ou-ca-va-chauffer


Les élections législatives du 6 mars 2021 s’annoncent palpitantes dans certaines circonscriptions électorales. Elles mettent aux prises des ténors de différentes formations politiques.  

Les Ivoiriens sont invités le samedi 6 mars 2021, aux urnes pour renouveler leurs représentants à l’Assemblée nationale. Dans cette logique, la Commission électorale indépendante (Cei) a rendu publique dimanche, la liste provisoire des candidats. Ainsi, 1266 candidats sont déclarés éligibles par son président Ibrahime Coulibaly-Kuibiert, au cours d’un point-presse. Ces prétendants iront donc à l’assaut des 255 sièges à pourvoir. Et le moins qu’on puisse dire, la bataille s’annonce âpre dans certaines circonscriptions électorales. La première circonscription qui retiendra l’attention de tous est sans aucun doute la commune de Yopougon. Une circonscription électorale à grands enjeux. Les différentes listes tenteront de remporter les six sièges en jeu. Pour ce faire, les porte-étendards du parti au pouvoir partent favoris. Ils ont avec eux la maîtrise du terrain. Un détail très important à prendre en compte pour ces élections locales. Et le Rhdp peut se targuer d’avoir une des meilleures têtes de liste : celle conduite par Gilbert Koné Kafana.

En effet, depuis 2013, Gilbert Koné Kafana est le premier magistrat de la plus grande commune de Côte d’Ivoire. Huit années qui lui ont permis d’imprimer sa marque et d’impacter qualitativement les conditions de vie des populations. Ses actions qui plaideront sûrement en la faveur des grosses pointures du Rhdp que sont Imbassou Ouattara Abass, Yaya Doumbia, Nassalatou Diaby, Daouda Coulibaly et Gueu Somale Angèle. Même si le député n’est pas un acteur de développement, leur proximité avec les populations fait d’eux les mieux indiqués pour porter leur voix à la Chambre basse du Parlement. Mais, la partie s’annonce très serrée. Car, on peut le dire sans risque de se tromper, il y aura du répondant en face avec l’arrivée dans l’arène des partisans de l’ancien président, Laurent Gbagbo. La coalition de l’opposition Pdci-Eds a décidé de miser sur des candidats de poids : Michel Gbagbo, Dia Houphouët Augustin et Georges-Armand Ouégnin pour ne citer que ces trois. Les deux premiers candidats ont des liens avec deux ex-présidents de la République de Côte d’Ivoire. Si le premier est le fils de l’ancien chef d’Etat, Laurent Gbagbo, Dia Houphouët Augustin est, quant à lui, le petit-fils du premier président de la République, Félix Houphouët-Boigny. Deux symboles que la coalition Pdci-Eds compte bien exploiter pour rafler la mise. «Le rôle que j’ai, c’est de reprendre Yopougon. On dit bien ‘‘Yopougon, c’est Gbagbo’’. Bien évidemment, le Rhdp y a pris racine parce que depuis quelques années, nous n’y sommes pas. Mais là, nous y serons», a fait savoir le président d’Eds, Georges-Armand Ouégnin, le vendredi 22 janvier, à la clôture du dépôt des dossiers de candidature à la Cei.

Port-Bouët : retrouvailles entre les ‘‘frères ennemis’’ Siandou-Emmou

La commune de Yopougon ne sera pas la seule circonscription électorale à surveiller de près. Il y a Port-Bouët. Dans cette cité balnéaire, les élections législatives du 6 mars apparaissent comme un remake des élections municipales de 2018. Trois ans après, Siandou Fofana, qui conduira la liste des Houphouëtsites, a une occasion rêvée de prendre une revanche sur Emmou Sylvestre qui l’avait défait au terme des élections municipales serrées. Le ministre du Tourisme et des Loisirs, directeur exécutif adjoint en charge des relations avec les partis politiques, coordonnateur régional abordera ces joutes électorales avec un seul objectif : ramener les sièges au Rhdp, mais également régler un vieux contentieux, en mettant les pendules à l’heure. Dans cette mission commando, il sera aidé par Yéo Fozié, Motto Yao Armand, tous deux députés sortants et son suppléants, Konaté Ibrahim. L’opposition ne compte pas se laisser faire. Emmou Sylvestre (candidat Pdci) aura à ses côtés les ‘‘Gbagbo ou rien’’ (Gor). Dans cette alliance de circonstance, le candidat du Pdci tentera, non seulement, de réaffirmer sa suprématie, mais surtout de ravir les deux sièges en jeu pour faire de la commune de Port-Bouët, l’un des bastions imprenables de l’opposition en général et du Pdci en particulier... la suite sur linfoexpress.ci

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Éducation nationale: Les syndicats maintiennent leur mot d'ordre de grève "jusqu'à nouvel ordre"

Cameroun : une attaque attribuée à Boko Haram fait au moins seize morts