Chris Yapi et nous







Déguisé sous l’avatar Chris Yapi, le faux « leader générationnel » du parti en ligne, croit pouvoir diriger la Côte d’Ivoire en créant des troubles ou en provoquant des soulèvements dans l’armée. Il aura tout tenté. Hier, c’était Alassane Ouattara qui a tué Amadou Gon pour ne pas quitter le pouvoir comme promis. Hier, c’était Hamed Bakayoko qui a tué Gon pour prendre sa place. Hamed Bakayoko décédé, aujourd’hui, c’est désormais  Ibrahim Ouattara dit Photocopie qui tué le locataire de la Primature pour prendre sa place. N’importe quoi. Chris Yapi et ses relais Franklin Nyamsi, Souley de Paris, Amiral Blindé, Da Sylva et Maïmouna Camara dit la Guêpe ont tout essayé pour troubler la paix sociale en Côte d’Ivoire. Ils ont tout déployé pour instrumentaliser les jeunes de Séguéla lors des obsèques de Hamed Bakayoko. Ils ont produit des vidéos de personnes hostiles à Alassane Ouattara qui avaient pour objectif d’incriminer le régime d’Abidjan et de perturber les obsèques nationales. Hélas, mille fois hélas, ils ont lamentablement échoué. Le Golden boy a été enterré dans la dignité à Séguéla sa terre natale. Il repose à jamais auprès de ses géniteurs Mayama et Aliou sur la terre de ses ancêtres au grand déplaisir des vautours et de croque-morts qui se réjouissent de la mort de leur prochain. Aucun son discordant n’a été entendu lors des obsèques. Le vaillant  peuple  de Côte d’Ivoire a démontré sa grande maturité face aux voyous qui croient avoir trouvé sur les réseaux sociaux un nouvel eldorado, un nouveau terrain pour faire de la politique. Ils se trompent  lourdement parce que Chris Yapi disparaitra bientôt. C’est inévitable. Tôt ou tard, les activités de ce sinistre  réseau animé par des cagoulards, sera démantelé par l’Etat ivoirien qui travaille sans bruit. Avant lui Odci, kyria Doukouré et tous les avatars qui se croyaient incontournables sont devenus l’ombre d’eux-mêmes. De vils individus ayant envoyé des informations confidentielles à Chris Yapi sont déjà sous le verrou et le reste n’est qu’une question de jours. Il est important que les Ivoiriens réapprennent à s’informer convenablement en s’éloignant des rumeurs distillés sur les réseaux sociaux. Il faut rééduquer les masses rurales qui prennent pour argent comptant toutes les balivernes racontées sur les réseaux sociaux. Il faut leur faire comprendre qu’il y a une information traitée, vérifiée et recoupée dans la presse traditionnelle. Le fameux Chris Yapi prétend ne jamais mentir mais en vérité, c’est un fieffé menteur, une race de menteur en voie de disparition. Par moments,  il révèle certes quelques confidences à lui données par des traitres, mais plus de 90% de ses posts sont du faux, de la manipulation politicienne. Les exemples de fake news qui portent sa signature foisonnent. Il avait annoncé l’évacuation de Hambak en Turquie. Il avait annoncé l’évacuation de Patrick Achi en France au lendemain de sa nomination. Il a raconté plein de contre-vérités sur Amadou Soumahoro qui serait agonisant mais qui sera bel et bien présent demain à l’hémicycle pour la mise en place de la nouvelle Assemblée nationale. Si on veut s’étendre sur les contrevérités de Chris Yapi, cette page de journal ne suffirait pas pour les recenser. Mais vu que tout a une fin, bientôt, ce sera la fin du faux héros  en cagoule.  Croisons juste les doigts. Le temps fera le reste. Et Chris Yapi restera un souvenir, de triste mémoire.

S.W

En lecture en ce moment

Presse: Samba Koné prend les reines de l'autorité nationale de la presse

Côte d’Ivoire / En visite de travail à Yamoussoukro : Bédié accueilli dans la liesse populaire