Plusieurs villes et communes encore sans électricité





plusieurs-villes-et-communes-encore-sans-electricite

C'était le noir total dans des communes d'Abidjan



De nombreuses localités de la Côte d’Ivoire ont connu des coupures d’électricité en fin d’après-midi du vendredi 6 mai 2022. Plongeant du coup une grande partie du pays dans le noir. Yopougon, Abobo, Sikensi, Adjamé, Cocody, Songon, Gbélégban et bien d’autres communes et villes.
C’est apparemment devenu une habitude. Les coupures d’électricité ne concernent plus une commune ou un quartier. Dorénavant, quand il y a une interruption de la fourniture de courant, ce sont plusieurs localités qui sont concernées. Dans le mois d’avril 2022, les Ivoiriens ont connu cette situation au moins trois fois. Personne ne sait à quoi cela est dû. Puisque le seul et unique opérateur du secteur, la Compagnie ivoirienne d'électricité (CIE), se terre dans un mutisme. Ou quand elle décide d'en parler c’est de manière évasive.
Quant au porte-parole du gouvernement, Amadou Coulibaly, dans le compte-rendu du Conseil des ministres du mercredi 4 mai 2022, il a tenu à rassurer : « La Côte d’Ivoire n’a plus de problème en termes de fourniture d’énergie électrique. Nous avons acquis, récemment, une barge pour, en cas de crise majeure, compenser les déficits en énergie électrique que nous pourrions avoir. Et les travaux de connectivité de cette barge ont commencé à Azito. Et ces travaux de connectivité, entraînent des perturbations ». Ajoutant : « On est obligé donc, quand on doit connecter certains secteurs à cette barge, de couper l’électricité le temps de finir ces travaux. On avait dit que ces perturbations allaient courir jusqu'à la mi-mai au plus tard. Et à partir de là, nous allons retrouver une fourniture normale de l’énergie électrique ».
En attendant, les populations subissent les coupures intempestives de l’électricité.

Modeste KONE

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Le Handimarathon d’Abidjan reporté au 8 décembre en raison de la coupe CAF

Election à la FIF: Ça chauffe entre les entraîneurs