Conseil des gouverneurs de la Banque d’investissement et de développement de la Cedeao : l’ivoirienne Nialé Kaba passe la main au gambien Seedy Keita





conseil-des-gouverneurs-de-la-banque-dinvestissement-et-de-developpement-de-la-cedeao-livoirienne-niale-kaba-passe-la-main-au-gambien-seedy-keita

Les gouverneurs de la BIDC sont satisfaits des résultats enregistrés



Les Gouverneurs de la Banque d’investissement et de développement de la Cedeao  (BIDC), réunis le jeudi 21 mars 2024, au Radisson Blu d’Abidjan pour la 22e Assemblée générale annuelle du Conseil des gouverneurs et pour la 12e  réunion extraordinaire du Conseil des gouverneurs, ont  procédé à l’élection du nouveau président de l’institution.

A cette occasion, la ministre ivoirienne de l’Economie, du Plan et du Développement, Kaba Nialé, présidente sortante du Conseil des gouverneurs de la BIDC a passé la main  au ministre  des Finances et des Affaires économiques de la Gambie, Seedy Keita.

Avant de passer le témoin, Nialé Kaba s’est dite satisfaite des performances enregistrées par la banque qui a su faire montre de résilience.

« La BIDC a ainsi clôturé l'exercice 2023 avec des bénéfices en hausse de 12%, passant de 5,04 millions d'Unités de compte (unité standardisée qui permet de mesurer la valeur des échanges et des stocks de biens et services ou d'actifs) à 5,67 millions d'Unités de compte (UC). Mieux, en juin 2023, la Banque enregistrait une croissance significative de son bilan, atteignant 1.252,58 millions d'UC. Ce chiffre représente 121,40 % de l'objectif projeté pour la fin de l'année 2025. Les notations de la Banque sont en progrès avec les notes B2 stable pour Moody’s et B pour Fitch. Ces notations constituent une marque de confiance des marchés financiers envers notre Institution. Assurément, ces résultats contribuent au renforcement de la solidité financière de la Banque et lui assurent une capacité opérationnelle qui lui permet d’atteindre les objectifs du plan stratégique 2021-2025 », s’est-elle réjouit.  

Elle a par la suite, listé les actions vigoureuses entreprises, lors de sa mandature. « Le portefeuille des prêts de la banque a augmenté de 18,06 %, avec des engagements nets cumulés atteignant 847,06 millions d’unités de comptes pour 185 opérations par rapport à l’exercice précédent, les décaissements de la Banque en faveur des projets déjà en cours ont connu une hausse de 17,42 % par rapport à 2022 pour se situer à 317,46 millions d’unités de compte en 2023, les revenus des intérêts de la banque ont augmenté de 39 % tandis que le total a connu une hausse de 17% », a énuméré Nialé Kaba.

Cette réunion avait également pour objectif de délibérer sur les progrès et les voies à suivre pour une économie des pays de l’Afrique de l’Ouest plus stable.  

« Nous nous réunissons pour délibérer sur les progrès et les voies à suivre pour notre banque. Il est impératif que nous soyons en mesure de faire face à des défis, il est impératif de réfléchir au chemin que nous avons parcouru ensemble. Nous ne négligerons aucun effort, aucun détail pour renforcer notre cadre de risque afin de réduire les prêts non productifs et d’améliorer notre portefeuille de projets. Nous augmenterons le niveau de notre engagement pour améliorer la rentabilité, nous allons intégrer des membres non régionaux, cela permettra d’accroitre les ressources financières de la Banque et d’atteindre la côte d’investissement espérée », a indiqué le Président de la BIDC, le ghanéen George Agyekum Donkor.

La 12e réunion extraordinaire, quant à elle, a essentiellement porté sur les réformes dans la gouvernance de la banque. Entre autres, l’instauration d’une gouvernance tournante entre les trois pays actionnaires minoritaires que sont le Nigeria, le Ghana et la Côte d’Ivoire. Il en ressort que la présidence sera tournante entre ces trois pays. La durée du mandat de la présidence qui était de 4 ans renouvelable une fois, passe à 5 ans renouvelable une fois. À côté du poste de président, il sera créé deux postes de vice-présidents qui seront occupés par les deux autres actionnaires majoritaires. Un autre poste de vice-président et un Secrétariat général ont été institués. Ils seront occupés à tour de rôle par les actionnaires minoritaires. Enfin, dans la mise en œuvre des principales décisions stratégiques découlant de nouvelles réformes, le Conseil d’administration a nommé deux nouveaux dirigeants que sont Mory Soumahoro, Vice-Président chargé des risques et du contrôle et Moctar Coulibaly, Secrétaire général.

Solange ARALAMON

En lecture en ce moment

Liberté d'expression et droits humains : des journalistes de l'Afrique de l'Ouest en formation en Côte d'Ivoire

Mondiaux d’athlétisme 2023 à Budespest : l’Ivoirienne Ta Lou se qualifie pour la finale du 200 m dames