Vent nouveau ?







Un vent nouveau semble souffler à la tête des directions générales du pays. Quatre directeurs en font déjà les frais. Si celui de l’AGEF s’est retrouvé à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA) les trois autres sont dans le collimateur des enquêteurs et restent suspendus de leur fonction. En attendant la fin des enquêtes, certains conseils d’administration semblent avoir pris les pleines mesures en désignant les nouveaux directeurs généraux.

 

Selon certaines sources, les directeurs suspendus devraient être entendus en début de mois de juillet par la cellule spéciale de lutte contre la corruption récemment mise en place par le Président de la République, Alassane Ouattara.  Sur la cinquantaine d’entreprises et structures publiques que compte la Côte d’Ivoire, la Cellule Spéciale de lutte contre la corruption semble avoir bien avancé sur plusieurs enquêtes. Une dizaine. Cela est à saluer et à encourager. Le peuple garde un regard sur les ministères et toute structure qui manipulent des deniers publics.  Quatre exemples c’est déjà bon. Mais il faut aller au-delà. Il faut pouvoir donner, non pas un avertissement et s’arrêter là, mais poursuivre les enquêtes afin de mettre fin aux abus d’autorités, de pouvoir, des détournements  et autres. En 2021, la bonne gouvernance ne doit plus être un luxe ou un objectif à atteindre mais plutôt une réalité et une norme dans la gestion des biens publics. C’est à ce titre que notre pays peut permettre une traçabilité dans la gestion de son administration et combattre efficacement la corruption sous toutes ses formes et partout. Il ne s’agit pas d’appliquer la loi contre une partie, mais faire en sorte que tous soient égaux devant les juridictions et devant le peuple.

Que le nettoyage se poursuit sainement et que les nouveaux nommés tirent les leçons auxquelles ils doivent « leur fauteuil ».

Yvan AFDAL

Partarger cet article

Tags

En lecture en ce moment

Patrice Saraka (Secrétaire général du cojep): " Blé Goudé veut discuter avec le pouvoir"

Docteur Elidje Ecra exhorte le gouvernement ivoirien à créer un programme national de lutte contre la dépigmentation.