Drame sur le pont De Gaule : qui est la victime ?





drame-sur-le-pont-de-gaule-qui-est-la-victime

C’est le pont, derrière lui sur la photo, que l’adjudant-chef Koko Francis a choisi pour mettre fin à ses jours



Un homme s’est jeté dans la lagune après avoir garé son véhicule sur le pont De Gaule, mercredi 9 juillet 2024. L’information donnée aussi bien par des témoins que par la plate-forme Police secours, ne donne aucune précision sur la victime de ce qui apparaît comme un suicide. Mais, les langues commencent à se délier. 

Celui qui a décidé de se donner la mort est l’adjudant-chef de gendarmerie Koko Kouamé Francis. Il était, selon les informations en notre possession, commandant de la brigade de gendarmerie d’Attécoubé. Né le 5 avril 1975 à Abidjan - Port-Bouët, l’élément de la gendarmerie nationale de Côte d’Ivoire était marié depuis 2015 et était père de 4 enfants. Il était originaire de Boudoukou, dans la région du Zanzan. 

Rien ne présageait un tel geste de la part de Koko Kouamé Francis. En effet, selon des proches, l’homme était un fervent croyant et son amour pour sa famille ne souffrait d’aucun doute. D’ailleurs, ses publications sur les réseaux sociaux sont encore là pour en témoigner. À l’endroit de son épouse il écrivait : « D'un sourire rayonnant, d'une beauté éclatante, tu es l'admirable côte, l'essence même de ma vie ici bas. Puisse Dieu nous conduire loin dans ses grâces. Ta moitié qui t'aime tant ». Ou encore, pour réaffirmer sa foi en Dieu : « Mon Dieu et Sauveur, je promets te suivre de toute mon âme et ce jusqu'à la fin de mes jours. Dans le nom ultime de ton fils Jésus-Christ, j'ai fait cette promesse. Amen ». Alors question. Qu’est-ce qui a bien pu ébranler la foi de ce fervent chrétien pour qu’il choisisse la voie du suicide plutôt que celle de la prière ? 

Modeste KONÉ

En lecture en ce moment

Manifestations contre le 3e mandat : Les États-Unis appellent le gouvernement à enquêter sur les morts

Côte d’Ivoire/Plateau: Après Guillaume Soro, le président du FPI apporte sa "solidarité" à Jacques Ehouo